RMC Sport

Klopp et Guardiola chargent l'UEFA sur les calendriers et la réforme de la Ligue des champions

S'ils n'étaient pas favorables au projet de Super League, Jürgen Klopp et Pep Guardiola ne sont pas non plus convaincus par la réforme de la Ligue des champions qui prévoit plus de matchs pour les clubs engagés. Les deux entraîneurs ont sérieusement taclé l'UEFA ce vendredi sur les calendriers toujours plus chargés.

Oui, le projet de Super League a tourné au fiasco. Mais Pep Guardiola et Jürgen Klopp ne sautent pas encore au plafond. En conférence de presse ce vendredi, les entraîneurs de Manchester City et Liverpool ont fait comprendre qu’ils n’étaient pas beaucoup plus emballés par la réforme de la Ligue des champions imaginée par l’UEFA. "Tout le monde connaît mon opinion sur le fait d’avoir plus de matchs. La Super League n’est plus sur la table. C’est bien, très bien. Mais ce n'est pas pour autant que la nouvelle Ligue des champions est géniale", a réagi Klopp, toujours aussi remonté contre les calendriers surchargés imposés aux clubs européens. La réforme de la C1 prévoit notamment la fin de la phase de groupes. A la place, 36 équipes (au lieu de 32) seront ensemble dans une poule unique. Chaque équipe jouera au minimum dix matchs, contre six actuellement, face à dix adversaires différents. Celle qui triomphera en finale aura disputé au total 17 ou 19 matchs. Contre 13 pour le vainqueur cette saison.

"Nous sommes déjà à la limite"

"L'UEFA m'a fait part de son idée et j'ai dit que je n'aimais pas ça. Dix matchs au lieu de six, je ne sais pas où on va les mettre. Peut-être que l'UEFA demandera l'annulation d'une Coupe en Angleterre ou voudra 18 équipes de Premier League. Les seules personnes à qui on ne demande jamais rien sont les entraîneurs, les joueurs et les supporters. Je sais que les supporters disent ‘Oui, mais ils ont beaucoup d'argent’, mais nous sommes déjà à la limite", a insisté Klopp, lassé de ne pas être entendu par les instances. "Et croyez-moi, tous les entraîneurs en Europe pensent la même chose, et s'ils pensent tous la même chose, c'est peut-être un signe que c'est un peu trop. L’UEFA ne nous a pas demandé. Et on ne nous a pas demandé pour la Super League. C'est toujours ‘Jouez plus de matchs’, mais ce n'est tout simplement pas possible", a-t-il appuyé dans des propos rapportés par The Independent.

Son constat et ses critiques sont partagés par Guardiola. Lui non plus ne comprend pas le rythme effréné imposé aux joueurs. "Nous devons demander à l'UEFA et à la FIFA de prolonger l'année. Nous avons 365 jours, peut-être pouvons-nous trouver 400 jours par an. Je ne sais pas, honnêtement", a lancé le technicien espagnol, dans un mélange d’agacement et d’ironie. Relancé sur le nouveau format de la Ligue des champions, il a précisé qu’il n’était "pas un expert". "C’est leur business. Nous donnons notre avis, nous ne pouvons rien faire. S’ils décident qu’il y aura dix matchs de plus, alors il y aura dix matchs de plus. The show must go on. Mon métier, c’est de jouer le mieux possible, de faire en sorte que les joueurs s'engagent dans ce que nous avons à faire et de gagner le plus de titres possibles. Si la Coupe du monde se joue avec 56 équipes, elle se jouera avec 56 équipes... Que pouvons-nous faire?", a-t-il regretté.

"L'UEFA le sait, mais s'en soucient-ils ? Absolument pas"

La veille, un de ses joueurs, Ilkay Gündogan, s'était déjà montré très critique concernant la nouvelle version de la C1, en pointant du doigt l’augmentation du nombre de matchs. Pour Guardiola, cela entraînera davantage de blessures. "Bien sûr. Les joueurs terminent des saisons incroyablement difficiles pour de nombreuses raisons, ils ont six jours de pause puis se rendent dans les équipes nationales. Quand ils ont terminé, ils ont dix ou quinze jours (de repos), puis reviennent pour des tournées de présaison à New York ou en Asie. Il y a ensuite le Community Shield en cas de titre en Premier League. Nous jouons parce que les gens l'exigent. Les joueurs adorent jouer mais se blessent parfois. L'UEFA le sait, mais s'en soucient-ils? Absolument pas", a-t-il détaillé.

Et de conclure, fataliste : "C’est plus de matchs, plus de compétitions. Je ne peux pas entraîner les joueurs, mais juste gérer l’équipe. A chaque fois que nous en parlons à l'UEFA, ils disent ‘Nous en prenons note’ mais après il y a plus de matchs. Puis il y a une nouvelle compétition (l'Europa Conference League, ndlr) pour ceux qui ne sont pas en Ligue des champions ou en Ligue Europa. C'est comme un comédien ou une comédienne de théâtre qui joue trois fois par jour, ils n'aiment pas ça. Une ou deux fois par jour, ils font une bonne prestation mais trois fois par jour, c'est trop."

>> La Premier League est à suivre sur RMC Sport, cliquez ici pour vous abonner à nos offres

https://twitter.com/rodolpheryo Rodolphe Ryo Journaliste RMC Sport