RMC Sport

Belgique: Martinez confirmé mais sous surveillance après "la pire mi-temps" face à la France

Roberto Martinez est maintenu dans ses fonctions de sélectionneur de la Belgique malgré l’échec lors du Final Four de la Ligue des nations, marqué par la "meilleure et la pire mi-temps depuis longtemps" face à la France.

Le poste de Roberto Martinez n’est pas menacé. La Fédération belge de football assure que l’Espagnol va poursuivre sa mission malgré les deux défaites de la sélection au Final Four de la Ligue des Nations contre la France (3-2) en demi-finale, puis face à la Belgique (2-1) pour le match de la troisième place. Mais l’Espagnol, sous contrat jusqu’en 2022, n’échappera pas à une explication après le revers contre les Bleus, qui ne passe pas au pays.

Alors que les Belges menaient 2-0 après une première période très aboutie, ils ont finalement craqué en deuxième période face aux hommes de Didier Deschamps. "Il est encore l’homme de la situation, explique le président de la Fédération belge, Peter Bossaert, à La Dernière Heure. Nous le soutenons encore à 100 %. Mais nous devons tirer des leçons du match contre la France dans lequel nous avons joué notre meilleure et notre pire mi-temps depuis longtemps."

"Je vais demander à certaines personnes de me conseiller, a-t-il ajouté. Non, je ne vais pas créer une commission ou un comité. Et je ne veux pas non plus que trop de gens donnent leur avis, sinon il y aura trop d’opinions divergentes."

Après la défaite face à l’Italie, Martinez avait regretté le traitement trop musclé de la presse contre sa sélection. "Aujourd'hui, vous avez vu une équipe qui affrontait le champion d'Europe, qui s'est créée plus d'occasions dangereuses et qui a continué à jouer son jeu même en étant menée 2-0, a-t-il pesté. On doit voir plus loin que les résultats. On doit tous être plus matures. On joue contre l'Estonie, on gagne 5-2 et on nous reproche les deux buts encaissés. On joue contre l'Italie et le problème, c'est qu'on perd le match. On doit être plus responsables dans la façon avec laquelle on juge cette équipe et cette génération."

NC