RMC Sport

Mort de Maradona: des experts convoqués pour déterminer d'éventuelles responsabilités

Dans le cadre de l'enquête pour homicide involontaire sur la mort de Diego Maradona, la justice argentine veut consulter neuf experts, dont les médecins qui ont pratiqué l'autospie sur le corps de la légende du football.

D'éventuelles responsabilités peuvent-elles être retenues dans le décès de Diego Maradona? Le procureur en charge de l'enquête pour homicide involontaire va convoquer une commission médicale d'experts, le 8 mars, pour tenter de répondre à cette question. Neuf experts officiels, dont les médecins légistes qui ont pratiqué l'autopsie, et des spécialistes de diverses disciplines médicales participeront à cette réunion, a indiqué le bureau de procureur de San Isidoro, dans la banlieue de Buenos Aires.

L'enquête, qui cherche à déterminer une éventuelle négligence ou imprudence dans les traitements médicaux administrés au numéro 10 argentin, décédé d'un problème cardiaque le 25 novembre 2020 à l'âge de 60 ans dans sa résidence de Tigre, au nord de Buenos Aires, a d'abord visé le neurochirurgien Leopoldo Luque et la psychiatre Agustina Cosachov.

Elle a ensuite été élargie à un psychologue et deux infirmiers (un homme et une femme) au chevet de Maradona, et inclut désormais deux nouvelles personnes: le coordinateur de ces infirmiers et un médecin coordinateur de l'hospitalisation à domicile. Ils seront tous deux entendus une première fois jeudi, a-t-on précisé de même source.

"Un patient ingérable"

Deux des filles de Maradona, Gianinna (31 ans) et Jana (24 ans), dont les déclarations pointant Leopoldo Luque comme responsable de la détérioration de l'état de santé de leur père avait déclenché la procédure judiciaire, sont également convoquées jeudi pour être entendues. Après sa mise en cause, Leopoldo Luque s'était défendu en invoquant ses efforts pour aider "un patient ingérable".

Opéré début novembre d'un hématome à la tête, le champion du monde 1986 qui souffrait de multiples problèmes de santé est décédé quelques semaines plus tard des suites "d'un œdème pulmonaire aigu secondaire et d'une insuffisance cardiaque chronique exacerbée".

JA avec AFP