RMC Sport

Arsenal: Giroud raconte comment il a "mis la pression" à Wenger pour partir à Chelsea

Olivier Giroud

Olivier Giroud - AFP

Dans un entretien accordé à France Football, Olivier Giroud a raconté les détails de son transfert à Chelsea en fin de mercato hivernal. L'attaquant des Bleus explique qu'il a été obligé de mettre un peu la pression à Arsène Wenger.

Tout s'est joué dans les dernières heures du mercato. Après cinq ans et demi à Arsenal, Olivier Giroud a signé à Chelsea le 31 janvier dernier. Courtisé par Dortmund, qui lui faisait "la proposition la plus intéressante, financièrement parlant", l'avant-centre de 31 ans a préféré les Blues, qui disputent les 8es de finale de la Ligue des champions face au FC Barcelone (match aller ce mardi). Mais pour convaincre Arsenal et Arsène Wenger de le laisser rejoindre un rival londonien, il a fallu se montrer convaincant et jouer "une partie de poker menteur", comme Giroud l'a raconté à France Football.

"Ça traînait, je commençais à stresser car en parallèle, il y avait l'arrivée de mon troisième enfant, né pile à ce moment-là. C'est aussi pour cela que je ne suis pas allé à Dortmund. Rester quatre mois sans le voir, je ne sais pas trop comment je l'aurais supporté. C'est pourquoi, à un moment, il a fallu que je prenne le taureau par les cornes, que je brusque un peu les choses. Il ne fallait pas que je subisse, que je sois spectateur des choses et de mon destin."

"Wenger m'a même dit que, quelque part, ça le ferait chier que je n'aille pas en Russie"

"Je suis allé voir le coach pour lui demander où il en était avec Aubameyang, poursuit Giroud. Je lui ai un peu mis la pression, comme à mon agent, que j'avais plusieurs fois par jour. C'est normal. Je ne voulais pas être privé d'aller à Chelsea alors que c'était la meilleure solution pour moi. Le coach m'a tout de suite dit: "T'inquiète pas, je ferai mon maximum pour que tu sois heureux." D'un côté, c'était normal. Moi, je n'avais pas demandé à partir. D'un autre côté, je savais qu'il ne me mettrait pas des bâtons dans les roues, vu la relation qu'on a toujours eue. Il m'a même dit que, quelque part, ça le ferait chier que je n'aille pas en Russie."

A lire aussi >> Chelsea: premier but pour Olivier Giroud sous ses nouvelles couleurs

VIDEO: Giroud gardera en mémoire sa première titularisation avec Chelsea

Alexandre Alain Journaliste RMC Sport