RMC Sport

Liverpool: le long message de Klopp à ses joueurs après la fessée contre Aston Villa

Liverpool a été balayé sur le terrain d'Aston Villa en Premier League, juste avant la trêve internationale (7-2). Ce qui a visiblement tourneboulé son entraîneur Jürgen Klopp.

Jürgen Klopp a pris l'habitude de maltraiter ses adversaires avec Liverpool depuis quelques saisons, mais le 4 octobre dernier, c'est bien lui qui est reparti de Villa Park les joues rouges et douloureuses... Après trois succès lors des trois premières journées de Premier League, les Reds avaient été giflés sur le terrain d'Aston Villa dans une folle rencontre (7-2). Que le technicien allemand a eu un peu de mal à digérer...

"La nuit qui a suivi le match n'a pas été la meilleure nuit de ma vie, a-t-il confié dans une interview à la BBC. Je me suis levé le lendemain matin et je savais que je devais parler à mes garçons. Mais ils n'étaient pas là."

"Après cela, je me suis senti beaucoup mieux parce que c'était fini"

La rencontre en question ayant eu lieu le dimanche soir, juste avant la trêve internationale, la majorité des joueurs étaient en effet partis rejoindre leur sélection. Ce qui a poussé Klopp à vider son sac par écrit.

"Je leur ai envoyé un long, long message, révèle-t-il. Il résumait à peu près mes pensées sur ce qui s'était passé, et après cela je me suis senti beaucoup mieux parce que c'était fini. A partir de ce moment, nous pouvions aller de l'avant. (...) Nous avons eu assez de temps pour y faire face, même si perdre une partie est toujours l'inverse de ce que vous voulez."

Les Reds ne devront de toute manière pas trop se morfondre, puisqu'ils se déplacent samedi sur le terrain du voisin Everton, leader de PL après quatre victoires en autant de matchs. "Perdre 7-2 aggrave bien sûr les choses, mais parfois cela peut être plus utile. On a la chance de montrer ça samedi contre Everton, veut croire Klopp. Cela rend même les choses intéressantes car nous faisons face à une équipe qui plane, et de toute évidence nous avons pris un coup."

CC