RMC Sport

Premier League: Liverpool ou Manchester City, qui a vraiment l’avantage pour le titre?

Alors que s’annonce le bouillant derby mancunien à Old Trafford mercredi (21h sur RMC Sport), Liverpool et Manchester City continuent de s’échanger buts, victoires et signaux pour se chiper tour à tour la tête du classement de Premier League. A moins d’un mois de la fin du championnat, état des lieux d’une course au titre absolument folle.

La Serie A? C’est plié. Et même de façon officielle depuis samedi, avec le huitième sacre consécutif de la Juve. La Ligue 1 a connu son dénouement dimanche, avec ce nul du LOSC offrant le titre officiellement au PSG, vainqueur de Monaco dans la foulée (3-1). En Liga, l’affaire est entendue, même s’il manque encore théoriquement six points au Barça pour être sacré. Et si l’incertitude demeure encore en Allemagne, avec ce petit point qui sépare le Bayern de Dortmund, le suspense le plus démentiel demeure la course au titre en Premier League.

Car Liverpool compte actuellement deux points d’avance sur le tenant du titre, Manchester City… qui a un match en retard à disputer. Et quel match ! Un derby mancunien sur la pelouse de l’ennemi United, ce mercredi (21h sur RMC Sport). Avant l’ultime ligne droite, petit point sur l’état des lieux. Histoire de vous faire votre propre pronostic.

Forme du moment: léger avantage Liverpool

Niveau forme en championnat, les deux équipes sont à peu près sur le même rythme. Les Cityzens n’ont plus connu la défaite en Premier League depuis le 29 janvier et leur faux-pas à Newcastle. Depuis, c’est simple : dix victoires en dix matchs, 24 buts marqués, trois buts encaissés et des chocs remportés contre Arsenal (3-1), Chelsea (6-0), et Tottenham (1-0). Le club, vainqueur de la League Cup, est encore en lice pour le triplé national avec une finale de FA Cup face à Watford le 18 mai.

Pour trouver trace de la dernière défaite en date de Liverpool en championnat, il faut carrément remonter au 3 janvier… sur le terrain de Manchester City (2-1). Mais les Reds ont tout de même laissé filer quelques points en route, avec des nuls face à Leicester (1-1), West Ham (1-1), Manchester United (0-0) et Everton (0-0). Les hommes de Jürgen Klopp restent en revanche sur six victoires d’affilée.

Mais un critère s’ajoute à cette série de résultats : la Ligue des champions. Tandis que Liverpool terminait tranquillement le travail à Porto (2-0 à l’aller, 4-1 au retour), le club mancunien finissait par tomber en quarts de finale, après le match de l’année face aux Spurs mercredi dernier (4-3 pour les Skyblues, éliminés par leur défaite 1-0 à l’aller). Un résultat qui pourrait soit plomber le moral des troupes de Pep Guardiola, soit les rebooster pour les dernières échéances.

Calendrier: City a la main mais…

Un critère pousse d’emblée en faveur de Manchester City dans ce domaine : son match en retard, à disputer ce mercredi. Mais un match compliqué chez la bête blessée United, qui sort d’une lourde élimination par le Barça en quarts de finale de Ligue des champions et surtout de deux défaites contre Everton dimanche (un cinglant 4-0) et Wolverhampton deux journées plus tôt (2-1). L’an dernier, les Red Devils avaient retardé le sacre de leurs voisins en s’imposant dans le derby (3-2) à l’Etihad.

Si Manchester City gagne ce match en retard de la 31e journée, il repassera leader du classement avec un point de plus que Liverpool. Et aura donc la main pour la fin de la saison. Pour ce qui est des trois dernières journées, les Reds auront l’avantage de recevoir deux fois, dont le déjà relégué Huddersfield vendredi et la belle surprise de la saison Wolverhampton (38e journée). Avec un déplacement à Newcastle, qui vient d’assurer son maintien.

Manchester City se déplacera deux fois. A Burnley dimanche prochain (15h05 sur RMC Sport) et à Brighton lors de la dernière journée. Avec la réception du très imprévisible Leicester début mai, pour ce qui sera peut-être son adversaire le plus coriace des trois. Un poil plus compliqué que pour Liverpool ? Oui… mais les Reds auront aussi à faire face deux fois au Barça, en demi-finales de C1 (1er et 7 mai à 21h sur RMC Sport). Ce qui peut tout de même grappiller de l’énergie.

>>> Cliquez ici pour voir Liverpool et Manchester City en Premier League sur RMC Sport

Profondeur de banc: gros avantage City

C’est sans doute là que la gestion de Pep Guardiola, qui lui a joué des tours en quart de finale aller de Ligue des champions, pourrait payer. Le manager des Skyblues a doublé tous les postes, là où Liverpool n’a guère le choix, particulièrement pour son niveau d’attaque (Divock Origi ne servant que de doublure occasionnelle, là où City a dans son groupe des remplaçants de luxe comme Gabriel Jesus ou Riyad Mahrez).

Malgré la rechute de Kevin De Bruyne – dont le poids de l’absence n’aura sans doute pas été assez souligné, avec des résultats toujours au rendez-vous mais une domination moins constante – le manager mancunien peut se permettre d’opérer un turn-over progressif d’ici la fin de la saison. Il le fait déjà régulièrement, avec des rôles de titulaires bis pour Ilkay Gündogan, Fabian Delph, Riyad Mahrez, Vincent Kompany ou Nicolas Otamendi. D’autant que les Cityzens n’ont plus à anticiper la Ligue des champions…

Mental: égalité

Difficile de savoir si Manchester City se sera mis en mode commando pour viser le triplé national, après sa douloureuse élimination en quarts de finale de Ligue des champions. Mais c'est sans doute la seule incertitude pour le champion en titre, dont le vrai test est pour mercredi dans le derby. Car c'est surtout Liverpool qui traîne la réputation d'un mental défaillant. En témoigne ces nuls laissés ces dernières semaines, alors que le club pouvait s'envoler en tête du classement. 

Avec 88 unités, les Reds ont déjà battu leur record de points depuis la création de la Premier League en 1992. Mais cela pourrait ne pas suffire. Les regards seront tournés vers Manchester mercredi. Mais même en cas de faux pas de City, avec Liverpool, on ne sait jamais. On n'est pas à une glissade près...

A.Bo