RMC Sport

Qui est Hansjörg Wyss, le milliardaire suisse candidat au rachat de Chelsea?

Le très discret milliardaire Hansjörg Wyss, l’un des hommes les plus riches de Suisse, a été approché pour le rachat du club de Chelsea, propriété de Roman Abramovich. Présentation.

Le Telegraph révélait mardi soir que le propriétaire de Chelsea, Roman Abramovich, allait recevoir des offres pour le rachat du club incessamment. Le milliardaire suisse Hansjörg Wyss a confirmé depuis qu’il était lui-même intéressé, annonçant qu’il avait reçu "une offre mardi pour acheter Chelsea à Abramovich". Présenté comme un philanthrope, bras financier des démocrates américains, cet entrepreneur, dont on dit qu'il gravite autour de Joe Biden, le président des Etats-Unis, a connu une véritable success story à l'américaine.

Diplômé de la Harvard Business School, Hansjörg Wyss travaille dans l’industrie du textile ou le fabricant automobile Chrysler, avant de créer la branche américaine de Synthes, une firme de matériel médical de pointe, dont il prendra la tête avant de la revendre en 2012, empochant des milliards de dollars. Il est aujourd’hui l’un des hommes les plus riches de la planète. Sa fortune personnelle est estimée à 6 milliards de dollars par Forbes, soit un peu plus de 5 milliards d'euros.

Son influence croissante dans la politique américaine a été mise en lumière par une enquête du New York Times. Selon ce qu’on y apprend, Hansjörg Wyss est discrètement devenu l'un des plus importants donateurs des groupes de défense de la gauche et une force de plus en plus influente parmi les démocrates. Né en Suisse, dans une famille modeste de Berne - Un père représentant de commerce, une mère qu’il décrit comme "une femme au foyer qui détestait les corvées du foyer" -, Wyss vit dans le Wyoming. Il a visité les États-Unis pour la première fois lors d'un échange d'étudiants en 1958. Il a 22 ans lorsqu’il est séduit par les parcs nationaux des États-Unis.

Un skieur chevronné

"Je suis tombé amoureux de la beauté de l’Ouest, un genre de paysage que je n’avais jamais vu auparavant", racontait-il en 2011. La cause qui lui tient le plus à cœur? La préservation de la planète. "Nous devons sauver la planète. C’est pourquoi je fais don de 1 milliard de dollars au cours de la prochaine décennie", déclarait-il au New-York Times en 2018. Après s'être enrichi en participant à la direction de la société Synthes, il a commencé à faire don de sa fortune par l'intermédiaire d'un réseau d'organisations à but non lucratif afin de promouvoir les causes environnementales.

Selon le New York Times, ses organisations ont progressivement augmenté leurs dons à d'autres causes soutenues par les démocrates, notamment le droit à l'avortement et l'augmentation du salaire minimum, et finalement à des groupes plus directement impliqués dans les débats politiques, en particulier après l'élection de M. Trump. Des documents obtenus par le New York Times montrent que le milliardaire philanthrope a soutenu financièrement des causes progressistes et aidé les démocrates dans leurs efforts pour gagner la Maison Blanche avec l’élection de Joe Biden.

Et le sport dans tout ça? Skieur chevronné, il a couvert les JO d’hiver à Innsbruck en 1964 pour la Neue Zürcher Zeitung, rappelle la presse suisse. Le football? Nulle trace de lien évident le reliant au ballon rond avant ce mercredi matin, et cette révélation de l’intéressé, qui semble très intéressé par l’éventualité de racheter Chelsea. Une chose est sûre, il étudie sérieusement la question. Reste à savoir qui pourrait l'accompagner dans ce consortium qu’il souhaite constituer.

QM