RMC Sport

AC Milan: Zlatan assure que "tout est sous contrôle" pour son avenir

De nouveau buteur dimanche lors de la victoire de l’AC Milan sur le terrain de la Fiorentina (2-3), Zlatan Ibrahimovic (39 ans) s’amuse sur son avenir en discussion avec Paulo Maldini, directeur sportif du club.

Zlatan Ibrahimovic a repris ses habitudes, dimanche. Sur le terrain d’abord où il a marqué son 15e but en 15 matchs de Serie A face à la Fiorentina (2-3). Face à la presse ensuite où il a encore usé de l’analogie avec Benjamin Button, ce héros qui rajeunit en vieillissant. A 39 ans, le Suédois a atteint le plus gros total de buts pour un étranger sur une saison en Serie A.

"Cela me dérange de parler de mon âge, je me sens comme Benjamin Button, a-t-il imagé. Plus les jours passent, plus je me sens jeune."

Sous contrat jusqu’à l’été prochain, l’ancien joueur du PSG pourrait prolonger l’aventure. Il prend le sujet avec détachement pour le moment.

"Maldini (directeur sportif) me met sous pression, il veut que je montre que je mérite ce nouvel accord, ironise-t-il. Je plaisante, tout est sous contrôle. Nous parlons beaucoup, nous avons une excellente relation: nous verrons ce qui se passe, mais ne soyez pas pressé."

Eliminés de la Ligue Europa par Manchester United, les Milanais s’accrochent dans la course au titre en Serie A même si l’Inter a fait le trou en tête (six points d’avance mais un match en moins). "C'était très important de gagner comme ça après la défaite contre Manchester United, maintenant il nous reste le Scudetto, a conclu Zlatan. Il y avait de l'esprit et de la mentalité et nous voulions gagner à tout prix. Nous étions menés 2-1 et nous avons montré notre caractère. Maintenant, il faut continuer. Personnellement, je prends mes responsabilités et j'essaye d'aider de toutes les manières, sur et en dehors du terrain."

En attendant la prochaine journée, Zlatan va retrouver la sélection suédoise cinq ans après sa retraite internationale. "Mon souhait est de continuer à jouer et d'être heureux, le reste est du bonus, ajoute-t-il. L'équipe nationale en est un et c'est aussi un honneur de revenir après cinq ans. Andersson (le sélectionneur) est venu me voir deux fois, une à la maison et une autre à Milanello: nous avons parlé, puis l'appel est venu."

Nicolas Couet Journaliste RMC Sport