RMC Sport

Juventus: pas une affaire de salaire pour Rabiot

Selon Le Parisien, le retour tardif d’Adrien Rabiot pour la reprise de l’entraînement de la Juventus Turin ne concerne pas une revendication sur son salaire.

Une tempête autour d'Adrien Rabiot. Le vent a commencé à souffler le week-end dernier, la presse italienne faisant remarquer que le Français était le seul joueur de la Juventus avec Gonzalo Higuain, au chevet de sa mère malade en Argentine, à ne pas être rentré à Turin pour se préparer à la reprise de l’entraînement collectif le 18 mai. Des rumeurs du mercato n’étaient pas loin, avec des intérêts prêtés à Everton et Manchester United.

Et à partir de ce mardi matin, ça a beaucoup secoué dans la foulée d’un article du quotidien italien La Stampa. Adrien Rabiot se lancerait dans une sorte de grève en refusant de retourner dans le Piémont car mécontent de la baisse des salaires des joueurs décidée par le club. Dans la soirée, la raison du retour tardif d’Adrien Rabiot qui est avancée est différente.

Rabiot sera absent à la reprise de l’entraînement collectif

Selon Le Parisien, ce n’est pas lié à la baisse du salaire de l’ancien milieu de terrain du PSG, même s’il y a bien eu un contentieux financier ces dernières semaines entre les avocats de la Juve et du joueur sur les modalités de cet effort salarial. Sur la Côte d’Azur pendant le confinement, Adrien Rabiot a simplement préféré y rester pour poursuivre sa préparation physique, alors qu’il aurait dû se mettre à l’isolement, en "quatorzaine", s’il était rentré à Turin.

Le Français a quand même décidé de retourner en Italie ce mercredi. Il va rester à l’écart pendant 14 jours, comme tout étranger arrivant en Italie, selon la Gazzetta dello Sport. Soit chez lui, soit à l’hôtel de la Juve au centre d’entraînement. Il ne sera donc pas présent lundi pour l’entraînement collectif.

LP