RMC Sport

Mercato: Laporta espérait que Messi joue gratuitement au Barça

Joan Laporta, président du FC Barcelone, a rappelé que le départ de Lionel Messi était inéluctable en raison des finances du club, même s’il espérait que l’Argentin accepte de jouer gratuitement pour rester.

Deux mois après, le départ de Lionel Messi du FC Barcelone occupe toujours les discussions en Catalogne. Joan Laporta, président catalan, s’est encore épanché sur le sujet ce vendredi matin dans une interview accordée à la radio Rac1. Pour lui, le départ de la star argentine au PSG était inéluctable, même s’il avait un "dernier espoir" un peu fou.

"Je ne me suis pas fâché avec Messi, assure le dirigeant. Je ne peux pas me fâcher contre quelqu'un pour qui j'ai tant d'estime. Mais il arrive un moment où lorsque les deux parties voient que ce ne sera pas possible, il y a une certaine déception des deux côtés. Et je sais qu'ils (Messi et ses proches) avaient une énorme envie de rester, mais ils avaient aussi beaucoup de pression à cause de l'offre qu'ils avaient de Paris."

>> Suivez toutes les infos mercato EN DIRECT

Laporta veut un hommage pour Messi

"Je pense qu'ils savaient que s'ils ne continuaient pas, ils iraient au PSG, poursuit-il. Ce que j'espérais, c'est qu'à la dernière minute il y aurait un changement et qu'il dise: 'je joue gratis'. J'aurais été complètement convaincu, et je comprends que la Liga l'aurait accepté, mais on ne peut pas demander à un joueur du niveau de Messi de le faire."

"Messi avait déjà l'offre du PSG, ajoute-t-il. Tout le monde savait qu'il avait une offre très puissante. Exiger cela avec ce qu'il a maintenant au PSG..." Malgré ce départ, Laporta aimerait organiser une fête d’adieu pour La Pulga, qui a passé 21 ans au club. "J'aimerais pouvoir rendre hommage à Messi, explique-t-il. Il le mérite et nous serions ravis de lui rendre un hommage comme il se doit, s'ils le souhaitent."

Le dirigeant s’est aussi voulu rassurant sur la capacité d’action du club malgré le récent audit du club révélant une situation financière catastrophique. "Nous avons un PDG prudent, nous sommes entre de bonnes mains, a-t-il indiqué. J'ai de l'expérience dans ces domaines. Nous avons également élaboré un plan de redressement sur cinq ans et nous l'avons réalisé plus tôt. L'objectif cette première année, c'est le déficit zéro. Nous avons des atouts pour obtenir des ressources sous forme d'investissement ou sous forme de crédit, ce que nous ne voulons pas c'est plus de déficit. Et parmi les besoins que nous avons il y a la question sportive: investir chez les nouveaux joueurs."

NC