RMC Sport

Barça: prolonger Messi aurait été "un cadeau empoisonné", assure un dirigeant

Dans un entretien accordé à Sport, Eduard Romeu, le vice-président du Barça en charge du secteur économique, revient sur le départ de Lionel Messi durant l’été. Et réclame deux ans de patience aux socios avant de pouvoir retrouver plus d’ambition.

Le chapitre doré s’est refermé dans l’incompréhension et la tristesse. Après seize ans passés à enchanter le Camp Nou, Lionel Messi a quitté le FC Barcelone cet été. Assez soudainement. Alors que son contrat s’était achevé fin juin, l’attaquant argentin semblait se diriger vers une prolongation. Mais le club catalan a finalement décidé de mettre un terme à l’idylle, entraînant le départ du sextuple Ballon d’or au PSG.

"L’institution a été mise en danger"

"C’était une opération que nous ne pouvions pas nous permettre en tant que club, elle n’entrait pas dans la structure économique, assure Eduard Romeu, le vice-président du Barça, dans un entretien accordé à Sport. C’était un cadeau empoisonné que nous avons recommandé de ne pas accepter. L’institution a été mise en danger et le président (Joan Laporta, ndlr) a dit que personne ne pouvait être au-dessus du club. Ça a été la bonne décision."

Reste désormais à mesurer le vide laissé par La Pulga. Sur le terrain, il semble vertigineux. En dehors un peu moins, à en croire Romeu, en charge du secteur économique du club culé: "Si nous regardons au niveau des sponsors, il n’y a pas de différence. Un seul s’est plaint. Si on pense aux socios qui viennent au stade, ils continueront à le faire. Ils viennent pour le Barça. La marque Barça est bien plus qu’un joueur."

"Nous sommes toujours en soins intensifs"

Un constat qui n’enlève rien à la situation difficile que traverse l’institution catalane au niveau financier. "Nous sommes toujours en soins intensifs, avec un peu d’oxygène grâce à l’opération avec Goldman Sachs, qui nous donne deux ans de répit, résume Romeu. Ils nous ont donné de l’argent, mais nous devons le rembourser. Il faut continuer à réduire la masse salariale. Ça nous a fait beaucoup de mal. Et il faut évidemment continuer à augmenter nos revenus."

Dans ces conditions, les supporters du Barça sont invités à faire le dos rond. A l’image du début de saison laborieux des joueurs de Ronald Koeman, les prochains mois s’annoncent compliqués. En attendant que le soleil revienne à l’horizon. "Il va falloir deux ans de patience. C'est ce que je demande au peuple, lance Romeu. Il faut de la tranquillité d'esprit, même si je sais que ce n'est pas facile après avoir tant gagné. Nous allons travailler pour que les entraîneurs puissent avoir les joueurs qu'ils veulent dans les plus brefs délais. Il faut construire une équipe avec des jeunes et grandir au fil des matchs. Mais on doit conserver un minimum de résultats, car les résultats sportifs et économiques sont liés."

https://twitter.com/AlexJaquin Alexandre Jaquin Journaliste RMC Sport