RMC Sport

JO 2016 : les Bleus médaille d’or des excuses

-

- - AFP

Depuis le début des JO 2016, les Bleus garnissent plus souvent des mots d’excuses que le tableau des médailles. Dans ce domaine, ils ont aussi (un peu) de concurrence.

Si elle peine encore à grimper sur les podiums de ces JO 2016, la délégation tricolore s’accroche au sommet du classement des excuses. Première de cordée, Kristina Mladenovic. Après l’élimination au premier tour du tournoi de double où elle était associée à Caroline Garcia, la Nordiste a pointé sa Fédération pour son « incompétence ». Et pour cause, la FFT ayant négligé de leur notifier un point de règlement lié au dress-code, Garcia a dû enfiler au dernier moment une tunique de Mladenovic à l’envers.

A lire aussi >> Mladenovic, encore frustrée, s’explique à propos de ses tweets

Avec Allison Pineau, la demi-centre de l’équipe de France de hand, c’est l’organisation de ces JO de Rio qui en a pris pour son grade, après la défaite contre la Russie (26-25) ce lundi : « Le parquet, c’est une catastrophe. Il y a des lattes qui sont cassées, des trous des deux côtés du terrain. Le ballon a dû être changé en seconde mi-temps parce qu’il glissait ». Une critique également émise par Luc Abalo, après le succès des Bleus contre la Tunisie la veille (25-23).

A lire aussi >> Handball : les Bleues chutent de peu face à la Russie

Autour des tatamis de la Carioca Arena 2, c’est le corps arbitral qui exaspère les judokas français, peu en verve lors des trois premières journées. Après sa défaite en 32e de finale chez les moins de 60 kg, Walide Khyar a signifié son mécontentement, puis a battu sa coulpe… tout en précisant que « son adversaire aurait pu être pénalisé plusieurs fois ».

Incompréhension également pour Priscillia Gneto (-52kg), victime de l’application à la lettre du règlement, pour avoir empêché par deux fois son adversaire d’avancer en faisant obstruction avec son coude.

A lire aussi >> Gneto « ne comprend pas » sa disqualification (pourtant c’est bien le règlement)

Faute d’y parvenir sur le tatami avec le Russe Denis Iartcev, Pierre Duprat (-73 kg), éliminé dès le deuxième tour sur une pénalité, a balayé… l’arbitrage au micro de RMC Sport : « La différence, elle s’est faite là. Aujourd’hui, ça ne se fait plus sur le tapis mais à l’oreillette. Voilà où se situe la différence. J’ai tout fait. Chacun peut faire son analyse. La mienne est très vite faite. »

A lire aussi >> Duprat : « Un arbitre m’a piqué mes quatre ans d’entraînement »

Dernier athlète tricolore en date à frapper, Camille Lacourt. Après sa cinquième place en finale du 100m dos, le Marseille éclate : « Ça me déplaît d’être battu par un Chinois (Xu Jiayu, médaillé d’argent). En même temps, je vois le podium du 200m libre (Sun Yang, suspendu trois mois pour un contrôle positif en 2014 et médaillé d’or ce lundi), ça me donne envie de vomir. Je préfère retenir cette foule qui a crié quand on est rentré, ce bassin olympique qui est génial. Et oublier un peu ce sport business qui est un peu à gerber. » S’il acquiesce, Jérémy Stravius tient aussi à ajouter : « Il faut être lucide sur la course qu’il a faite. 52’’70 est-ce que c’est un temps pour être médaillé ? Je pense qu’aujourd’hui il était un peu juste. »

A lire aussi >> Dopage : Ça balance pas mal dans le bassin de Rio

Les chaussures "trop adhérentes" de Paul George

Mais les Français ne sont pas les seuls à se chercher des excuses. Après le succès de Team USA contre la Chine (119-62), Paul George a mis sa chute sur un superbe dribble adverse sur le compte… de « chaussures trop adhérentes ».

A lire aussi >> trois basketteurs du Team USA se retrouvent "par hasard" dans une maison close

A lire aussi >> toutes les infos sur les JO 2016

D’autres se montrent toutefois plus fair-play à l’instar de Novak Djokovic. Surpris lors du premier tour du tournoi de tennis, le n°1 mondial a simplement tenu à « féliciter Juan Martin del Potro qui méritait sa victoire ». A noter que plus tôt dans la journée, le joueur argentin s’était retrouvé coincé quarante minutes dans un ascenseur à cause d’une coupure de courant. Mais il n’a pas eu à mettre la robe d’une autre à l’envers.

A lire aussi >> Del Potro brise le rêve olympique de Djokovic

JBi