RMC Sport

JO 2021: horaires, diffuseurs, les stars, les chances françaises de médailles… le guide des Jeux olympiques de Tokyo

Les Jeux olympiques de Tokyo 2021 débutent vendredi avec la cérémonie d’ouverture programmée à 13h. Les horaires, les chaînes, les stars, les chances françaises... suivez le guide pour connaître le nécessaire.

Les horaires

Avec sept heures de décalage horaire (quand il est 20h au Japon, il est 13h en France), les épreuves des Jeux olympiques 2021 de Tokyo auront lieu une bonne partie de la nuit. Elles débuteront entre minuit et 2h du matin selon les jours et les disciplines. Elle se poursuivront ensuite en continu pour se conclure vers 16h30, le plus souvent par des sports collectifs ou l'athéltisme. Les finales de natation sont programmées dans la nuit (de 3h à 6h) lors de la première semaine. Il faudra aussi être matinal pour suivre les éliminatoires en judo. Les finales auront lieu plus tard à des horaires plus agréables pour les téléspectateurs français (de 10h à 12h30). Pour suivre le parcours de Teddy Riner par exemple, il faudra se lever tôt le 30 juillet (4h du matin) à moins d’attendre plus sagement un possible quart de finale à 6h12, une demie à 10h51 et la finale à 11h59. A partir du 30 juillet, les finales d’athlétisme rythmeront les temps du midi et du début de l’après-midi en France.

>> Suivez toutes les informations des JO EN DIRECT

Sur quelles chaînes regarder les Jeux olympiques

Deux médias se partagent les droits de diffusion TV en France: France Télévisions pour les droits en clair et Eurosport. Ils se baseront sur leurs nombreuses chaînes pour assurer un suivi exhaustif des épreuves: France 2, 3 et 4 pour le groupe public, Eurosport 1, 2 et 3 ainsi que sept canaux Eurosport 360 pour le groupe appartenant à Discovery.

Les nouvelles disciplines

Les JO de Tokyo 2021 accueillent sept nouvelles disciplines par rapport à la précédente édition à Rio. Pour le baseball et le softball, il s’agit d’un retour. Ils avaient disparu après les JO de Pékin en 2008 et ne reviendront pas à Paris en 2024. Cinq autres disciplines font leurs grands débuts: le surf, le skateboard, l’escalade, le karaté et le basket en 3x3 (deux équipes de trois joueurs s’affrontent sur un demi-terrain et un panier).

Les objectifs et les primes de médailles françaises

Après les 42 médailles décrochées à Rio en 2016, l’objectif de 40 breloques a été fixé aux athlètes français même si les projections ont été rendues difficiles par la crise sanitaire et l’annulation de plusieurs épreuves préparatoires, n’offrant pas un grand recul. Les athlètes connaissant les joies du podium seront récompensés financièrement: 65.000 euros pour une médaille d'or, 25.000 euros pour l'argent et 15.000 euros pour le bronze. Les coachs, eux, percevront 35.000 euros en cas d'or olympique, 15.000 euros pour l’argent et 15.000 euros pour le bronze.

Les chances de médailles françaises

Il y a ceux qui ont déjà connu l’or olympique, d’autres pas encore sacrés mais brillants dans leurs disciplines et les bonnes surprises qu’on attendait moins. Au premier rang, le très attendu Teddy Riner, déjà double champion olympique (plus une en bronze en 2008) en quête d’un triplé retentissant. Charline Picon (voile) remettra aussi son titre en jeu. En argent en 2016, Renaud Lavillenie (perche), Clarisse Agbegnenou (judo), Kévin Mayer (decathlon), Elodie Clouvel (pentathlon moderne) et Sofiane Oumiha (boxe) viseront un retour sur le podium, si possible sur la plus haute marche. Sacré en équipe au Brésil, Yannick Borel (escrime) vise la consécration individuelle, tout comme Ysaora Thybus (escrime), les vététistes Pauline Ferrand-Prévot et Loana Lecomte, la boxeuse Maïva Hamadouche, la lutteuse Koumba Larroque ou le triathlète Vincent Luis, dominateurs sur la scène mondiale dans leur sport.

Cela vaut aussi Steven Da Costa (Karaté), Johanne Defay (surf) ou Samir Aït-Saïd (gymnatique), porte-drapeau avec Agbegnenou. Le grand retour de Florent Manaudou - qui s’est accordé une pause entre septembre 2016 et 2019 avec une expérience au handball - sera aussi scruté de très près même si le champion olympique du 50m à Londres en 2012 (argent sur 50m et 4x100m libre à Rio) ne possède que le 9e meilleur temps de l’année sur la distance en 2021. Une médaille serait un exploit. Les équipes de France de basket, de volley et de handball sont aussi prétendantes à un podium. Cela semble plus compliqué pour les footballeurs, privés de toutes leurs stars malgré la présence d’André-Pierre Gignac et Florian Thauvin.

Les stars des jeux

Sans Usain Bolt, Michael Phelps, Roger Federer, Rafael Nadal ou les grosses stars de la NBA, les Jeux olympiques sont un peu privés de tête d’affiche. Il y aura quand même du beau monde avec Novak Djokovic en quête d’un inédit Golden Slam (remporter les quatre tournois du Grand Chelem et les JO sur une année). La gymnaste Simon Biles – quatre titres olympiques, 19 titres mondiaux - sera inévitablement l’une des athlètes les plus suivis. Ce sera aussi le cas du nageur Caeleb Dressel en lice pour décrocher six ou sept médailles.

Sa compatriote Katie Ledecky est aussi fortement attendue dans les bassins. En athlétisme, le perchiste suédois Mondo Duplantis suscite veut frapper fort (un nouveau record du monde?) tout comme le Norvégien Karsten Warholm, nouveau détenteur du record du monde du 400m (46’’78). Sur 100 mètres, le Jamaïcain Yohan Blake et l’Américain Trayvon Bromell postulent pour succéder à Bolt. Sur 200m, l’Américain Noah Lyles part avec la faveur des pronostics. En cyclisme, Tadej Pogacar, récent vainqueur du Tour de France, fera aussi partie des favoris.

NC