RMC Sport

Cheika : "Contre les Blacks, il faudra croire en notre jeu"

Michael Cheika

Michael Cheika - AFP

Grand artisan du renouveau australien, Michael Cheika visera le sacre mondial avec les Wallabies, samedi prochain face aux Néo-zélandais. Un rendez-vous que le sélectionneur aussie aborde avec la volonté de poursuivre ce qui a fait la réussite de ses joueurs jusque-là.

Michael, comment avez-vous vécu cette demi-finale ?

Ça n’a pas été facile. On a pratiqué un jeu assez ouvert, parfois trop. On a joué presque 30 minutes sans ballon, simplement avec des récupérations. Mais c’est notre idée du rugby. Cela peut paraitre naïf de vouloir à tout prix marquer des essais parce qu’on laisse le jeu ouvert pour les contre-attaques mais c’est notre culture. Après, je préfère jouer comme ça et risquer de perdre que jouer dans un autre sens et gagner.

Adam Ashley-Cooper a inscrit trois de vos quatre essais. Que pensez-vous de ce joueur ?

Je suis fan, bien sûr. C’est un très bon rugbyman mais c’est surtout une belle personne. Il se donne toujours à 100% pour son équipe. C’est vraiment un joueur qui mange rugby. Je le vois vraiment comme un ami, avec plein de qualités.

En finale vous allez affronter les All Blacks, que vous êtes les derniers à avoir battus (27-19 en août dernier lors du Four-Nations). Cela compte-t-il pour vous ?

Non, je ne crois pas. Si on regarde en arrière, on va voir les huit ou neuf fois où l’on a perdu, pas ce dernier match. C’était une autre époque. Maintenant, tout ce qui compte, c’est de récupérer et voir de quelle manière on peut rivaliser avec la Nouvelle Zélande.

Ce sera une finale inédite et une des deux équipes sera championne du monde pour la troisième fois, ce qui n’a jamais été réalisé. Est-ce particulier pour vous ?

Je ne le savais même pas. Je n’ai jamais regardé une Coupe du monde, même à la télévision. Peut-être que j’ai regardé celle de 1991 (remportée par l’Australie, ndlr) car j’étais jeune. On sortait tard le soir et on allait voir les matches dans les bars. Mais depuis 1991, j’ai toujours été en vacances, donc je n’ai jamais pris le temps de regarder une Coupe du monde dans son intégralité. Donc non, on ne pense pas du tout à ça. On pense simplement à comment on peut s’améliorer en vue de la finale.

Que devrez-vous faire pour gagner ?

Face à une équipe comme celle des All Blacks, il y a des menaces partout. Ils sont très bien organisés, ont un excellent entraîneur, ils savent à chaque instant ce qu'il faut faire, c'est-à-dire soit conserver le ballon, le porter, taper... Il faut être tout le temps à 100% et croire en son jeu. On sait qu'il faut s'améliorer et on va tout donner car on sait qu'on va être beaucoup soutenu en Australie et on veut faire en sorte que les Australiens soient fiers de nous. Ce sera une finale de Coupe du monde, l'intensité cette semaine sera maximale et tous ceux qui ont eu des petits bobos vont oublier la douleur pour être prêts samedi.

Wilfried Templier