RMC Sport

Coupe du monde: les Blacks défendront leur couronne

La Nouvelle-Zélande s’est imposée face à l’Afrique du Sud (20-18), ce samedi à Twickenham et s’est qualifiée pour la finale de la Coupe du monde où elle défendra son titre samedi prochain face à l’Australie ou à l’Argentine. Et les Blacks ont dû lutter pour y parvenir.

La Nouvelle-Zélande s’est qualifiée pour la quatrième finale de Coupe du monde de son histoire en s’imposant face à l’Afrique du Sud (20-18), ce samedi à Twickenham. Elle défendra son titre de championne du monde, la semaine prochaine face à l’Australie ou l’Argentine pour une finale inédite. Qui fut incertaine jusqu’à la fin.

Une semaine après leur balade face à la France (62-13), les Blacks ont, cette fois, dû batailler. Tout en donnant raison à… Philippe Saint-André. Le sélectionneur du XV de France avaient annoncé que les Blacks étaient prenables dans les rucks. Si son plan avait vite volé en éclat, l’Afrique du Sud l’a aussi compris. Et à l’inverse des Bleus, les Springboks ont récité leur partition à merveille dans ce secteur où ils ont complètement éteint des Blacks pendant quarante minutes. Au point que la victoire éclatante de ces derniers face aux Bleus est vite apparue comme un trompe-l’œil tant la différence de niveau entre les deux adversaires est abyssale.

Deux jaunes qui… ne changent rien

Les hommes de Steve Hansen ont été pénalisés cinq fois dans leur camp en première période contre deux fois face aux Bleus. Hendrick Pollard n’en demandait pas tant et ses cinq pénalités ont fait passer les siens en tête à la pause (12-7), alors que les Blacks avaient pourtant pris l’avantage après un essai de Jerome Kaino (3-7, 9e). Mais quand rien ne tournait rond pour les Blacks, le troisième ligne a laissé ses partenaires à 14 juste avant la pause.

En infériorité numérique pendant 10 minutes, les coéquipiers de Dan Carter ont resserré les rangs pour réduire l’écart sur un drop de l’ouvreur (10-12, 46e) qui a fait beaucoup de bien aux têtes. D’autant que Barrett a fructifié son entrée en jeu d’un essai en coin qui a fait repasser les Blacks devant (12-17, 53e). Pour ne pas arranger les affaires de Boks, Bryan Habana a laissé les siens à 14 après une erreur grotesque derrière un regroupement. Là encore, le jaune n’a rien changé. Les Boks ont même recollé à un point sur une nouvelle faute néo-zélandaise (18-20, 69e). Mais au moment de garder le ballon au chaud, les Néo-Zélandais n’ont, cette fois, pas commis de fautes. Ils retrouveront Twickenham samedi prochain à 17h pour la quatrième finale de leur histoire. Et tenteront de décrocher leur premier titre loin de chez eux.