RMC Sport

France-Italie: Ces joueurs qui jouent gros à trois jours de la liste

Trois jours avant l’annonce du groupe des 31 partants pour la Coupe du monde au Japon, certains éléments du XV de France jouent gros vendredi (21h10) contre l’Italie au Stade de France. A commencer par la troisième ligne Louis Picamoles, Wenceslas Lauret et Yacouba Camara.

"Louis Picamoles joue gros comme Wenceslas Lauret et Yacouba Camara qui ont été blessés et qui n’ont pas joué, donc à eux de montrer qu’ils ont leur rôle à jouer." Le message de Jacques Brunel est clair. La troisième ligne est un vrai casse-tête pour le staff. "C’est le cas le plus épineux", selon le sélectionneur. La concurrence est féroce. Sept joueurs se battent pour cinq places : Louis Picamoles, Wenceslas Lauret et Yacouba Camara doivent se hisser au niveau de Grégory Alldritt, Charles Ollivon, François Cros, sans oublier Arthur Iturria (replacé en deuxième ligne vendredi).

Louis Picamoles (33 ans, 78 sélections) pourrait en faire les frais malgré son expérience. Selon les informations de RMC Sport, il est en danger. Après la non-sélection de Mathieu Bastareaud le 18 juin dernier, ce serait à nouveau un choix fort au yeux du grand public. Autant dire que le Montpelliérain aura la pression. Sur le banc, François Cros sera également attendu. Lui a donné satisfaction à Nice lors de la victoire contre l’Ecosse (32-3). Réserviste, le Toulousain pourrait définitivement gagner sa place dans les 31 vendredi.

Lopez ou Ntamack: qui en 10 ?

Deux fois remplaçant lors de la double confrontation face à l’Ecosse, le Toulousain Romain Ntamack (20 ans, 6 sélections) va débuter face à l’Italie. Mais si, au regard du coup reçu aux côtes par Camille Lopez la semaine passée, sa titularisation pouvait apparaître presque anodine, une petite phrase du sélectionneur Jacques Brunel sur l’absence de buteur de niveau international dans la groupe a attiré l’attention : "On a Romain Ntamack, qui a joué sur le Tournoi et qui a buté, mais qui n’est pas le premier buteur dans son club. Mais je suis persuadé que c’est un très bon buteur." 

Et si Romain Ntamack pouvait bousculer la hiérarchie et passer devant Lopez? Car c’est une vraie problématique pour le XV de France. Les échecs du Clermontois lors du premier match (3/6) et ses prestations moyennes dans le jeu au pied sont-elles de nature à pousser la réflexion du staff? C’est une possibilité. D’autant que l’option Thomas Ramos à l’arrière (qui pousse un cadre comme Maxime Médard sur le banc) n’a pas convaincu. Et si une prestation XXL de Ntamack changeait la donne?

Guitoune, sans faire de bruit

Finalement aligné la semaine dernière à Murrayfield après le forfait de Wesley Fofana, Sofiane Guitoune sera de nouveau titulaire vendredi, aux côtés du Clermontois. Gaël Fickou (re)passera à l’aile comme cela pourrait parfois être le cas au Japon, surtout avec les répétitions des matchs et le rendement encore décevant d'Alivereti Raka, passé au travers la semaine dernière. Auteur d’une prestation très intéressante en Ecosse, le Toulousain a déjà marqué des points (Jacques Brunel avait fait part de sa satisfaction le concernant) et entend le confirmer au Stade de France.

Assuré d’être dans les 31 partants, Sofiane Guitoune, auteur d’une saison magnifique en club, a une belle carte à jouer contre l’Italie. Quatre ans après n’avoir disputé qu’un seul match lors du Mondial anglais, Guitoune pourrait être l’un des invités surprise dans le XV de départ français au Japon.

Sur le banc, Baille a un temps d’avance sur Priso

Avantage Cyril Baille. Débarqué au sein de groupe France au mois de juillet en pleine préparation suite au forfait d’Etienne Falgoux, mais avec le statut de réserviste, le pilier est en train de se faire une place au soleil. Absent du premier match face à l’Ecosse, il a ensuite été préféré au Rochelais Dany Priso sur le banc à Edimbourg (28 minutes de jeu) en relais de Jefferson Poirot. Ce dernier étant le premier choix (il va enchaîner une troisième titularisation et un deuxième capitanat), la place de doublure se joue entre le Toulousain et le Rochelais.

Il semble que le Cyril Baille ait pris l’avantage sur Dany Priso. Sa tenue en mêlée, confirmée sur la 2e mi-temps en Ecosse et le fait qu’il soit de nouveau dans le groupe pour ce dernier match face à l’Italie lui confèrent un net ascendant. Sans oublier ses facultés balle en main, utiles avec le nouveau projet de jeu. A bientôt 26 ans (12 sélections), il devrait vivre sa première Coupe du monde.

Belleau, Rattez hors du coup, Machenaud, Vakatawa partants sûrs

Quatre joueurs de la liste des trente-sept n’auront pas effectué la moindre minute sur le terrain. Mais les statuts et les destins de ces quatre-là ne sont pas les mêmes. "Réservistes ", le Toulonnais Anthony Belleau et le Rochelais Vincent Rattez n’auront pas eu la chance de s’exprimer, en dépit de la promesse de Jacques Brunel, qui expliquait en début de préparation (et le confirmait après la défaite à Edimbourg samedi dernier) que "tout le monde jouerait". Le sélectionneur s’est dit "désolé" de ne pas avoir pu tenir cet objectif. Il n’y a donc plus de suspense pour Belleau et Rattez, qui n’iront pas au Japon.

La donne est différente pour Machenaud et Vakatawa. Le demi de mêlée est partant sûr. Il rentrera dans une rotation avec Dupont (le titulaire du poste) et Serin sur les matchs rapprochés face aux Etats-Unis (2 octobre) et les Tonga (6 octobre). Idem pour son compère du Racing 92 Virimi Vakatawa. Après avoir pallié le forfait de Doumayrou, il sera en réserve et profitera de l’incertitude physique de Fofana et de la possibilité de déplacer Fickou à l’aile, comme c’est le cas ce vendredi, pour se faire une place dans les 31.

Jean-François Paturaud et Wilfried Templier