RMC Sport

Envie, sang neuf, combat : pour que les Bleus battent enfin les Irlandais

Depuis cinq ans, le XV de France n’a plus connu la joie d’un succès contre l’Irlande. Pire, le dernier revers, enregistré en phase de poules de la Coupe du monde (24-9) a marqué les esprits, tant les Bleus ont été surclassés. Les hommes de Guy Novès vont-ils réussir à briser la série ce samedi (15h25) ? Notre consultant rugby Denis Charvet livre les ingrédients pour un réveil des Bleus face au Trèfle.

Rivaliser au niveau du combat

« La France peut avoir des craintes surtout quand on voit le match des Irlandais face au Pays de Galles. Et puis surtout quand on voit que cette équipe irlandaise est peut-être la meilleure équipe européenne de ces quatre dernières années au niveau du collectif, du combat, de l’intensité, de la touche, de la mêlée fermée. Ils n’ont pas beaucoup de défauts. C’est une équipe qui est homogène, compacte. On les connait parfaitement, mais en même temps, il va falloir rivaliser au niveau du combat. Je crois que la clé du match sera là. »

Miser sur l’émulation

« C’est un signe fort de la part de Guy Novès, de changer six joueurs après une victoire face à l’Italie, c’est rarissime. Ça veut dire que Guy ne fait pas de cadeaux, on le sait. Il est intransigeant, il aime l’exigence, il est perfectionniste. Donc s’il a mis des changements de joueurs au niveau de la première ligne, c’est qu’il veut densifier son pack, amener un peu plus de poids et d’assise. Après on a vu l’apport de Flanquart à la touche, même si la touche n’a pas été désastreuse face à l’Italie. Derrière, Mermoz revient parce que Fickou ne veut pas être là. Teddy Thomas, c’est la surprise. Il amène du sang neuf à chaque match, ce sont des signes forts mais je ne pense pas que ça va gêner le collectif. Je n’ai aucune inquiétude par rapport à ça. Donc chacun va vouloir gagner sa place, et ça, c‘est plutôt bien pour le prochain match. »

Jouer sans complexe

« La France ne part pas favorite, mais en même temps elle n’a aucun complexe à avoir. Je pense qu’elle a une équipe nouvelle, un entraîneur nouveau, un discours nouveau, un message nouveau. Le premier match n’a pas été à la hauteur des espérances, mais en même temps c’était un premier match avec de nouveaux capés qui n’avaient jamais joué à ce niveau. Je pense que cet après-midi, il y aura moins de complexes. »

Laisser parler l’envie… avec une pointe d’agressivité

« Il y aura un Stade de France qu’on connait déjà, qu’on a déjà vu, avec un public qu’on a déjà rencontré. Ça va être un contexte différent. Il est vrai que face à des Irlandais, sous la pluie, ça va être compliqué à gérer. Les Irlandais aiment bien jouer sous ces temps-là, on le sait. Mais je le répète, il y a quand même du talent dans cette équipe de France et ça va passer par de l’envie, de l’enthousiasme. Et peut-être beaucoup plus d’agressivité qu’ils n’en ont mis la semaine dernière. »