RMC Sport

Biarritz: Couzinet en dit plus sur son projet pour le rugby amateur et fait un pas vers Aldigé

Arrivé à la présidence du rugby amateur de Biarritz à la place de Sébastien Beauville, David Couzinet se confie à RMC Sport sur son projet et veut apaiser les tensions avec Jean-Baptiste Aldigé, malgré son projet de délocalisation.

David Couzinet, vous prenez les rênes du rugby amateur du Biarritz Olympique. Quelle est votre volonté première?

La première chose qui nous anime et qui nous a fait revenir dans le monde amateur, ce sont les enfants et les éducateurs… essayer de rendre rendre ce que le rugby nous a donné et de le transmettre aux nouvelles générations, dans cette période de flou, de climat délétère qui touche le Biarritz Olympique.

Vous prônez donc l’apaisement plutôt que le bras de fer avec la gouvernance du BO professionnel...

On est là pour essayer d’apaiser les choses et on va faire le maximum pour ça. C’est pour cette raison que l’on a un gros travail à faire pour fédérer autour de notre projet, tout en essayant de renouer des liens avec le secteur professionnel.

Pensez-vous pouvoir recréer du lien avec la direction du BO?

En tout cas on va essayer, c’est primordial à mes yeux. Repartir sur une bonne base et créer un climat de confiance.

Quel est le rôle de la municipalité de Biarritz dans cette affaire?

Un rôle prépondérant de la part de la municipalité actuelle, dans le sillage de Maider Arostéguy, la première élue biarrotte, qui a fait un pas important en venant nous chercher pour reprendre le secteur amateur et en déclarant que huit millions d’euros seraient investis à l’horizon 2023, pour la création d’un centre de formation et d’un centre de perfectionnement.

Est-ce Maider Arostéguy qui vous a poussé à prendre les rênes de ce BO amateur?

Oui mais en retour, elle nous a assuré de tout son soutien.

La délocalisation à Lille du Biarritz Olympique, c'est un non sens pour vous?

Oui c'est un non sens pour moi et c'est ce qui a créé des tensions et des accrochages verbaux avec Jean-Baptiste Aldigé. Le rugby est à Biarritz et doit rester à Biarritz.

Avez-vous peur que le club puisse disparaitre ou descendre en Fédérale 1 dans les prochains mois?

Je n’ose pas l’imaginer et on va tout faire pour le maintenir en haut. Les prochains jours, les prochaines semaines seront importantes.

Etait-ce essentiel de repartir aux côtés de vos anciens partenaires, "les Galactiques" de l’époque Thion/Yachvili/Harinordoquy/Marlu et Baby?

Oui car on a toujours été solidaires et très liés. Et il va falloir que l’on mette tout ça au service du rugby amateur.

Comment voyez-vous l'avenir... avec ou sans Jean-Baptiste Aldigé?

Je n’ai rien contre Jean-Baptiste Aldigé, même si l’on eu des différends. On s’est dit les choses, on a longuement parlé. Je ne suis pas fâché, je suis prêt à renouer des liens avec lui et je vais d’ailleurs le contacter en début de semaine car il faut que l’on s’entende, que l’on discute.

P.Laffite