RMC Sport

Montpellier: le gros coup de gueule de Saint-André contre le calendrier surchargé

Qualifié pour la finale de Challenge Cup, Montpellier doit aussi gérer une fin de saison régulière à suspense en Top 14. Présent sur RMC ce dimanche, Philippe Saint-André a pesté contre le calendrier démentiel qui attend son équipe dans les prochaines semaines.

Entre les reports liés au coronavirus, la lutte pour le maintien et l’épopée européenne en Challenge Cup, Montpellier va disputer 7 matchs en l’espace de 28 jours. Une aberration totale pour Philippe Saint-André qui a fait savoir son mécontentement lors de son passage dans les Grandes Gueules du Sport ce dimanche sur RMC.

>> Les podcasts des Grandes Gueules du Sport

"Je suis très en colère parce que l’équité sportive n’est pas là. On ne peut pas jouer tous les trois ou quatre jours. On a joué samedi, aujourd’hui dimanche on doit faire trois tests. On n’a plus des narines, ce sont des cendriers avec ces trois tests (de dépistage pour le coronavirus, ndlr) par semaine."

Saint-André: "Pendant 48h, les joueurs ce sont des serpillères"

Dixième de Top 14, le MHR doit notamment jouer deux matchs en retard. Dès ce mardi contre Toulon puis contre l’UBB à une date qui reste encore à définir. La qualification des Héraultais en Challenge Cup (contre Leicester le 21 mai) risque encore d’entraîner une accumulation des rencontres, et entraîner de nouvelles blessures au sein de son effectif selon Philippe Saint-André.

"On ne se rend pas compte mais on est dans un sport de combat collectif et les mecs ont des pètes. Je dois gérer un effectif où j’ai déjà huit joueurs qui ont fini la saison, a encore fulminé l’ancien sélectionneur du XV de France. […] Le gens qui prennent ces décisions, soit n’ont jamais joué au rugby, soit ne sont jamais rentrés dans un vestiaire après un match. Les joueurs pendant 48h ce sont des serpillères. Ils récupèrent, se font masser et passent à la cryothérapie. Là on va jouer mardi donc dimanche récupération, lundi repos et on va faire quinze minutes d’entraînement lundi matin pour un match mardi soir contre Toulon."

PSA donne la priorité à la santé

Dixième du classement avec encore cinq matchs à jouer, Montpellier n’a pas encore assuré sa survie en Top 14. Si la terrible série de 22 défaites d’Agen enverra le club lot-et-garonnais en deuxième division, le MHR lutte avec trois équipes (Brive, Pau et Bayonne) pour éviter la treizième place synonyme de barrage. Voilà aussi pourquoi PSA est en colère: il ne veut pas mettre en danger ses joueurs pour obtenir le maintien.

"On joue notre survie en Top 14. En tant qu’entraîneur, bien sûr il faut des résultats mais pour moi la chose la plus importante c’est la santé physique et mentale de mes joueurs, a conclu le manager montpelliérain. On nous dit que l’on ne peut pas changer le championnat et la phase finale mais on change le fait d’avoir un seul match par mois en semaine. C’est inacceptable."

JGL