RMC Sport

Racing 92, corticoïdes : la Ligue appelle à la prudence

Juan Imhoff

Juan Imhoff - AFP

Au lendemain de l’annonce du contrôle urinaire ayant décelé des traces de corticoïdes dans les urines de Dan Carter, Joe Rokocoko et Juan Imhoff lors de la finale du Top 14, remportée par le Racing sur Toulon en juin dernier, la Ligue s’est fendue d’un communiqué dans lequel elle appelle à la prudence dans le choix des mots entourant cette affaire.

Les communiqués se succèdent après les révélations d’un contrôle urinaire, au terme de la finale de Top 14 en juin dernier entre le Racing 92 et Toulon (29-21), ayant révélé des traces de corticoïdes dans les urines de Dan Carter, Joe Rokocoko et Juan Imhoff. Après les explications de l’agent des deux premiers nommés et le communiqué du Racing 92 assurant avoir respecté les règles en matière de traitements médicaux à base de corticoïdes, c’est la Ligue Nationale de Rugby qui s’est exprimée sur cette affaire.

A lire aussi >> Top 14 - Les questions pour comprendre les traces de corticoïdes au Racing 92

La LNR espère une procédure sereine

« Les médias ont fait état ce matin de la situation de trois joueurs du Racing 92 à la suite des contrôles réalisés lors de la finale du Top 14 du 24 juin 2016.

Le Racing 92 a indiqué ce jour par voie de communiqué que les actes médicaux pratiqués sur les joueurs cités par la presse l’ont été dans le respect des règles en vigueur et être en mesure d’apporter les justifications médicales requises aux organes compétents pour traiter le dossier.

La LNR souhaite rappeler qu’il convient de laisser se dérouler normalement et sereinement les procédures devant permettre au club et aux joueurs d’apporter les justifications requises, et que jusqu’à ce que ces procédures soient allées à leur terme, les commentaires ou conclusions anticipées sont déplacées et sans fondement. »

A lire aussi >> Racing : l'agent de Carter et Rokocoko s'explique sur les traces de corticoïdes