RMC Sport

Racing 92 : Laurent Labit promet "une bataille contre tous ceux qui se sont lâchés" sur l'affaire des corticoïdes

Satisfait par la victoire du Racing 92 face au Stade Français (29-22) ce samedi pour le compte de la 8e journée de Top 14, l’entraîneur des Ciel et Blanc, Laurent Labit, était en revanche d’humeur rancunière après l’affaire des corticoïdes qui a touché trois de ses joueurs à qui il a rendu un hommage appuyé.

Si la victoire du Racing 92 face à son rival, le Stade Français (29-22) ce samedi à Colombes, a redonné le sourire aux Racingmen, elle n’a pas effacé le mini-séisme qui a frappé les Ciel et Blanc jeudi soir. Les révélations de L’Equipe concernant des traces de corticoïdes trouvées dans les urines de Dan Carter, Joe Rokocoko et Juan Imhoff en finale du Top 14 en juin dernier et surtout ses conséquences ont laissé des séquelles au sein du club des Haut-de-Seine. « On ne peut pas être indifférent parce que ce sont des choses graves, a commenté l’entraîneur francilien Laurent Labit, très touché. Quand ça touche les personnes, l’image, l’honneur et les carrières, ça devient grave. »

A lire aussi>> Top 14, corticoïdes : pourquoi le Racing semble avoir agi dans les règles

"Deux jours très, très difficiles"

Le technicien, qui regrette l’impact négatif que peut avoir ces révélations, n’a visiblement pas goûté certains commentaires. « Aujourd’hui, il y a une procédure et on va la laisser aller à son terme mais après il y aura une bataille contre tous ceux que si se sont un peu lâchés, menace-t-il. Je ne peux pas dire que je suis plus affecté qu’eux (ses joueurs) mais j’ai passé deux jours très, très difficiles parce que ce sont des gens qui sont des exemples et qu’ils font partie des hommes les plus brillants que j’ai eu le plaisir d’entraîner dans ma courte et jeune carrière. » Les intéressés apprécieront.

A lire aussi>> Top 14, Racing 92 - En cas de "dopage" avéré, Boudjellal demandera la "restitution du titre" à Toulon

A lire aussi>> Montpellier dans le sillage de Clermont, Grenoble qui rit, Bayonne qui pleure : ce qu’il faut retenir de la 8e journée

la rédaction avec JR