RMC Sport

Stade Toulousain: de la "frustration" chez Ramos, selon Poitrenaud

Libéré par l’équipe de France du Mondial 2019 car jugé blessé et inapte, Thomas Ramos a pourtant rejoué samedi en Top 14 avec Toulouse contre Castres (36-15). De quoi rajouter à l’incompréhension dans cette affaire.

Indisponible pour la Coupe du monde au Japon pour cause de blessure à une cheville, mais de retour sur les terrains du Top 14. C’est la situation paradoxale de Thomas Ramos, renvoyé au pays par le XV de France il y a une semaine en raison d’une blessure à la cheville droite. Le joueur était pourtant bien là pour affronter et battre Castres à domicile (36-15) dans le cadre de la 7e journée ce samedi.

"Ce n'est pas Thomas Ramos qui a décidé de partir"

"Quand un joueur comme Thomas Ramos est disponible et à 100%, on se pose peu de questions sur le fait de l’aligner. Est-ce qu'il était prêt mentalement? Bien sûr! Il avait forcément un peu de frustration. Il avait envie de jouer et d'être sur le terrain. Il a fait un bon match", a observé Clément Poitrenaud, l’entraîneur des arrières toulousains. "Quand on a un joueur de ce niveau qui est disponible, on ne se pose pas la question", a-t-il ajouté. "Disponible", le mot est lâché… Disponible pour le Stade Toulousain (il a joué les 80 minutes, sans sembler souffrir de la cheville) mais pas pour l’équipe de France, c’est ce qui fait polémique.

"Tout joueur a envie de jouer une Coupe du monde. Personne n’a envie de la quitter en plein milieu. Ce n’est pas du tout Thomas Ramos qui a décidé de partir. Je pense qu’il aurait souhaité rester", a appuyé Julien Marchand au micro de RMC Sport. Le talonneur a du mal à saisir: "Il y a des décisions médicales compréhensibles… sauf qu’il était apte pour jouer ici. En plus, ça s’est bien passé pour lui. Il a amené beaucoup d'envie et de rigueur. Il a su resserrer tout le monde en mettant du rythme."

L’encadrement du XV de France, par la voix de son vice-président Serge Simon, s'est défendu au micro de RMC Sport: "Au moment où Thomas se blesse, c'est avant le Tonga. L'évaluation tous avis confondus, on parle d'une dizaine de jours donc on est juste sur le laps de temps qui englobe les deux matchs du Tonga et de l'Angleterre. On a des scénarios qui sont optimistes sur 8/9 jours, on a des scénarios plus pessimistes qui peuvent durer un peu plus longtemps."

N.B et NP