RMC Sport

Top 14 : le Racing enfonce le Stade Français

Dan Carter, le Néo-Zélandais du Racing

Dan Carter, le Néo-Zélandais du Racing - AFP

Privé de ses internationaux français, alors que ceux de son adversaire avaient été remis à disposition de leur club, le Racing 92 n’en a pas moins conforté sa place de leader du Top 14 en s’imposant avec le bonus offensif ce samedi sur la pelouse du Stade Français (16-34). Le champion de France poursuit sa saison (très) morose.

Un match de rugby dure 80 minutes. Pas 40. Une évidence revenue frapper le Stade Français comme un boomerang ce samedi après-midi. Auteur d’un début de match parfait, où il a mené 10-0 en moins de dix minutes, et encore en tête à la pause (16-13), le champion de France en titre a sombré au retour des vestiaires. Bilan de la seconde période ? Un carnage. Deux cartons jaunes, un rouge, trois essais et 21 points encaissés. Leader du Top 14, le Racing 92 a confirmé sa belle saison en enfonçant un peu plus son voisin francilien dans le doute (16-34).

Privés de leurs internationaux français (alors que trois joueurs avaient été remis à disposition de leur adversaire), les bleu ciel et blanc ont d’abord pu compter sur un Dan Carter impérial pour rester à flot en première période, où le Néo-Zélandais aura marqué 100% des points des siens avec un essai, une transformation et deux pénalités. Avant de sortir sur problème physique et de voir ses coéquipiers submerger le Stade Français (trois essais pour Michael Phillips, Johan Goosen et Brice Dulin, tous transformés). De quoi s’offrir le point de bonus offensif et s’assurer de rester en tête du classement à l’issue de cette 18e journée.

Improbable miracle

Le bilan est nettement moins positif pour le dernier champion de France. Avec toujours 19 points de retard sur le premier barragiste (Montpellier, qui joue ce dimanche à Oyonnax), le Stade Français devra réaliser un improbable miracle et compter sur l’écroulement de nombreux rivaux pour espérer atteindre la phase finale. Dans un Top 14 si compétitif, la chose paraît impossible. On le savait depuis longtemps mais ça se confirme de plus en plus : le club parisien va bel et bien abandonner sa couronne, sans même avoir l’occasion de la défendre lors des matches à élimination directe.

dossier :

Stade Français