RMC Sport

Toulouse: Bastien Chalureau se défend d’avoir proféré des insultes racistes

Le deuxième ligne du Stade Toulousain Bastien Chalureau a été mis pied par son club, après une altercation nocturne la semaine passée. L’ancien rugbyman Yannick Larguet l’accuse d’avoir proféré des insultes racistes. Ce que dément fermement son avocat.

C’est une affaire dont on se serait bien passé à Toulouse. Le deuxième ligne Bastien Chalureau en est venu aux mains avec un groupe de noctambules dans la nuit 30 au 31 janvier, allée Jean-Jaurès à Toulouse. Des coups ont été échangés lors d’une altercation. Ça, tout le monde le reconnait. "Une incisive m’a perforé la lèvre, j’ai quatre dents qui bougent et une entorse aux cervicales, raconte Yannick Larguet dans la Dépêche du Midi. Le dimanche, j’ai dû être hospitalisé." Mais l’affaire prend des allures bien plus graves selon ses accusations.

L’ancien ailier de Colomiers et Agen rentrait alors de soirée accompagné d’un ami. Chalureau leur aurait lancé "Ça va les bougnouls?" avant de proférer d'autres "insultes racistes" selon Larguet. Des faits que contestent très fermement le deuxième ligne formé à Perpignan mais aussi son entourage. Pour se défendre, Chalureau a fait appel à un avocat basé à Bayonne, Antoine Tugas.

"Ce genre de propos, ce n’est pas moi"

Contacté par RMC Sport, ce dernier réfute les propos racistes. "L’autorité judiciaire va devoir établir ce qui s’est passé et ce qui ne s’est passé, dit-il. Ce que m’a dit mon client, c’est très simple: 'ce genre de propos, ce n’est pas mon style, ce n’est pas mon habitude, ce n’est pas moi'. Il est habitué à jouer sans discrimination aucune avec des joueurs de tous horizons et il m’a dit qu’il ne voulait pas débuter une carrière de raciste. Il ne comprend pas cette accusation et me dit 'je ne suis pas ce type-là'. Evidemment, ce n’est pas une rencontre autour d’une tasse de thé. Il est 4h ou 5h du matin. Je crois qu’il y a une vidéo et on verra bien un certain nombre de choses. Je n’y ai pas accès, Bastien non plus. Une enquête va démarrer et ce sera à elle de déterminer les choses. C’est bien d’avoir un peu de contradictoire par rapport à un garçon qui, doit en toute hypothèse, être effondré par ce qu'il se passe. Il se retrouve sans droits et peut-être, demain, sans club."

Une plainte pour des violences racistes présumées sans incapacité aurait été déposée par Yannick Larguet. Pour le moment, le deuxième ligne n’a pas été entendu par la justice. Il le sera prochainement par son club (avec qui il a disputé un match de Top 14 cette saison). Le joueur de 27 ans a été mis à pied à titre conservatoire par le Stade Toulousain et il rencontrera ses dirigeants dans une dizaine de jours. Larguet, lui, s’est entretenu par téléphone avec le président Didier Lacroix et Emile Ntamack. 

JF Paturaud