RMC Sport

Adrien Théaux : ‘‘Objectif globe de cristal’’

Adrien Théaux sur la piste de Beaver Creek

Adrien Théaux sur la piste de Beaver Creek - AFP

Médaillé de bronze en super-G aux Mondiaux de Beaver Creek (Etats-Unis) en février dernier, Adrien Théaux ne cache pas ses ambitions. Invité du Super Moscato Show ce mercredi en direct des RMC Sport Games aux Ménuires, le skieur français affiche son envie de remporter la Coupe du monde en descente ou super-G.

Ses ambitions cette saison

« Cette année, il n’y a ni Mondiaux ni JO donc on va se concentrer sur toutes les étapes de la Coupe du monde. L’objectif principal reste le globe de cristal à la fin de la saison. C’est ce qui couronne le meilleur dans une des disciplines et au général. Le général, ça va être compliqué pour moi. Par contre, sur le super-G ou la descente, c’est largement faisable. Il faut être très, très bon et régulier toute la saison, ne quasiment pas lâcher le podium, mais ça reste l’objectif. Il y a aussi toutes les grandes classiques comme Kitzbühel (Autriche, ndlr) ou Wengen (Suisse, ndlr), au mois de Janvier, qui sont de très belles courses. Si on peut les gagner, pour le palmarès, c’est beau. »

La descente qui le fait fantasmer

« Kitzbühel, c’est mythique. C’est un rêve pour nous les skieurs mais il y a aussi des gens pas du tout skieurs à la base mais qui viennent là-bas parce que c’est absolument génial en tant que spectateur. C’est un peu comme les fêtes de Bayonne mais en beaucoup plus court, sur 3 jours, mais les mecs sont bourrés à longueur de journées. (Sourire.) C’est vraiment génial. Kitzbühel est la descente que j’aimerais le plus gagner avec celle qu’on a faite le week-end dernier, à Beaver Creek aux Etats-Unis. Ça reste l’une des plus belles, qui rassemble tous ce qu’on peut trouver dans une descente, énormément de bosses, de la vitesse, une partie plate et un gros mur au milieu. »

Les qualités physiques pour être un bon descendeur

« On essaie d’être costaud de partout. C’est bien d’avoir des bonnes cannes parce qu’on prend beaucoup de G dans les cuisses. Il faut aussi beaucoup de gainage car si on se fait écraser et qu’on tient avec les cuisses, c’est bien, mais si le haut du corps ne tient pas… Ça nous évite aussi de trop bouger. Pour les chutes, être un peu costaud, par exemple des bras et des épaules, permet d’éviter des fractures. Le poids amène de la vitesse mais il ne faut pas tomber non plus dans l’excès. Je pourrais prendre un peu plus (il fait 86 kilos pour 1,82 m, ndlr) mais le but n’est pas de faire 100 kilos si ce n’est pas approprié à notre morphologie et surtout à notre technique. Cet été, par exemple, je faisais 88 kilos et ça ne m’allait pas du tout dans mon ski. »

A lire sur le même sujet :

>> Beaver Creek (super-G) : première pour Hirscher, Théaux au pied du podium

>> Beaver Creek (géant) : Hirscher contrôle, Muffat-Jeandet deuxième

>> Lake Louise (super-G) : trois sur trois pour Vonn

la rédaction avec le Super Moscato Show