RMC Sport

Boxe: la suspension de Tony Yoka est définitivement confirmée

Tony Yoka

Tony Yoka - AFP

Comme attendu, le Conseil d'Etat a rejeté définitivement le recours de Tony Yoka relatif à sa suspension d'un an pour trois "no show" à des contrôles antidopage inopinés. Le champion olympique est donc privé de rings pros jusqu'en juillet.

Le 16 janvier, la rapporteure publique du Conseil d'Etat avait déjà préconisé le rejet. Sans surprise, l'instance est allée dans son sens ce mercredi 30 janvier: le recours interjeté par Tony Yoka contre sa suspension d'un an pour trois "no show" aux contrôles antidopage inopinés est bel et bien rejeté. Puni le 5 juillet dernier, le boxeur français avait très vite contesté cette sanction. La décision rendue par le Conseil d'Etat enterre ses espoirs.

Les arguments de Yoka n'ont pas fait mouche

Tony Yoka, champion olympique des super-lourds lors des Jeux de Rio de Janeiro en 2016, a manqué à trois reprises à ses obligations de localisation pour des contrôles inopinés entre juillet 2016 et juillet 2017. Sa suspension correspond aux standards de l'Agence mondiale antidopage. Le Conseil d'Etat a entendu les arguments du boxeur: ce dernier a avancé qu'il était dans "l'impossibilité matérielle d'informer l'agence de sa localisation à la date du premier contrôle", qu'il pensait "ne plus appartenir au groupe cible" lors du deuxième contrôle, et que sa non-localisation lors du troisième contrôle était "le fait de sa compagne" Estelle Mossely, elle aussi boxeuse professionnelle et en or à Rio.

Mais pour le Conseil d'Etat, "il n'établit nullement, par ces éléments, avoir été dans l'impossibilité de déférer aux exigences (...) auxquelles il état astreint". Tony Yoka reste donc suspendu et son palmarès professionnel demeure bloqué à cinq victoires et aucune défaite depuis son dernier combat contre David Allen, le 23 juin dernier. Sa suspension prendra fin en juillet 2019.

Nicolas BAMBA avec AFP