RMC Sport

"Le passé contre le présent": Fury aimerait affronter Tyson dans une exhibition

Alors que son troisième combat contre Deontay Wilder aura lieu le 9 octobre, Tyson Fury a déjà concocté son plan pour les mois suivants. Et si son envie d’affronter Dillian Whyte en décembre ne peut pas se faire, le champion WBC-The Ring des lourds a une idée en tête à la place: une exhibition contre Mike Tyson. Tyson contre Tyson, quoi.

Et si Tyson affrontait… Tyson? Alors que le retour sur les rings de Mike Tyson en novembre dernier pour une exhibition (conclue sur un nul) face à un autre boxeur légendaire Roy Jones Jr avait beaucoup fait parler dans les médias, et rapporté gros aux deux protagonistes, ils sont déjà plusieurs à s’être proposés pour croiser les gants avec le plus jeune champion du monde des lourds de l’histoire. Avec à chaque fois un plus ou moins grand attrait marketing. La dernière offre en date vire plutôt vers la seconde catégorie. Car elle émane du roi de la catégorie reine, Tyson Fury.

Le "Gypsy King" (30-0, 21 KO), actuel champion WBC-The Ring des lourds, doit d’abord relever le défi d’un troisième combat contre le surpuissant (et papa très protecteur) Deontay Wilder plus de dix-huit après avoir infligé une démonstration pugilistique à l’Américain. Le Britannique compte ensuite retrouver en 2022 son compatriote Anthony Joshua, détenteur des ceintures WBA Super-IBF-WBO qu’il remet en jeu le 25 septembre contre l’ancien roi des lourds-légers Oleksandr Usyk, pour deux combats d’unification totale de la catégorie qui seraient les plus gros de l’histoire de la boxe britannique (et la première unification à quatre ceinture de celle des lourds).

Entre les deux, Fury a laissé entendre qu’il aimerait affronter son compatriote Dillian Whyte dans un stade en Grande-Bretagne – où il n’a plus boxé depuis août 2018 – en décembre prochain. Mais si dernier refuse ou "demande un montant stupide car il ne veut pas (l)e combattre", une autre solution existe : Iron Mike Tyson. Pour un show où le storytelling serait écrit d’avance. "J’ai adoré voir Mike Tyson revenir et combattre et j’adorerais l’affronter dans une exhibition, lance Fury au micro de la chaîne iFL TV sur YouTube. Si le combat contre Dillian Whyte ne se fait pas, j’aimerais faire ça. Tyson contre Tyson. Le passé contre le présent." Un programme alléchant pour attirer la lumière même s’il ne faudra clairement rien attendre sportivement de ce qui serait une session de sparring télévisée entre deux hommes séparés par vingt-deux ans (trente-trois pour Fury, cinquante-cinq pour Tyson).

"Ceux qui n'aiment pas ça sont juste jaloux"

Dans le même genre, le monde de la boxe aura ce week-end les yeux en partie tournés vers la Floride, où une autre vieille gloire fera son retour: l’Américain Evander Holyfield, ancien champion unifié des lourds-légers et des lourds et gros rival de Tyson (une exhibition entre les deux a un temps été dans les tuyaux), disputera contre le Brésilien Vitor Belfort, ancien champion des lourds-légers de l’UFC, son cinquante-septième combat pro plus de dix ans après le dernier. Et à cinquante-huit ans. Un choc qui se disputera chez les professionnels selon la décision incompréhensible de la commission athlétique locale… dix-huit ans après celle de la commission de New York qui l’avait "suspendu indéfiniment" pour "compétences diminuées et performance pauvre"!

Pas contre les exhibitions, Fury ne se cache pas sur leur véritable intérêt, financier, et en veut pour preuve la réussite des YouTubeurs qui se mettent à la boxe comme les deux frères Logan et Jake Paul: "Tout le monde dit que c’est de la merde mais je suis le meilleur combattant qui n’ait jamais existé et j’aime voir ces combats de YouTubeurs. Cela ramène des millions de nouveaux yeux sur mon sport. Ceux qui n’aiment pas ça sont juste jaloux car ils ne gagnent moins d’argent." En attendant Tyson et le gros chèque qui irait avec, le "Gypsy King" se concentre sur des choses beaucoup plus sérieuses et son troisième combat contre Wilder. Qui sera une première pour lui: jamais Fury n’a défendu une ceinture mondiale dans sa carrière, ce que ne manquent pas de souligner ses critiques.

"Ce n’est pas important, se défend-il au micro de BT Sport. Je ne vais pas perdre le sommeil à cause de ce que quelqu’un pense sur la façon dont j’ai mené ma carrière. J’ai gagné beaucoup d’argent, je suis invaincu et j’ai remporté toutes les ceintures." Jamais le dernier à chambrer, Fury en profite pour répondre avec malice à ceux qui voient Wilder comme "le puncheur le plus dévastateur de l’histoire de la boxe moderne" (comme Mike Tyson l’était à son époque): "Incorrect. C’est moi. Il était le plus grand puncheur mais je l’ai mis KO donc c’est moi qui reprend ce titre." Rendez-vous le 9 octobre à Las Vegas pour clôturer le débat entre les deux.

https://twitter.com/LexaB Alexandre Herbinet Journaliste RMC Sport