RMC Sport

« Djoko » peut-il le faire ?

-

- - -

Extraordinaire vainqueur de Rafael Nadal dimanche en finale de l’Open d’Australie, l’insatiable Novak Djokovic rêve d’être le deuxième joueur de l’ère Open après Rod Laver en 1969 à remporter les quatre tournois du Grand Chelem la même année.

Pour Novak Djokovic, le meilleur est peut-être encore à venir. A 24 ans, celui qui a triomphé dimanche face à Rafael Nadal lors d’une finale de légende à Melbourne, rêve de glaner les trois autres tournois du Grand Chelem en 2012. Depuis le début de l’ère Open en 1968, seul l’Australien Rod Laver a réalisé ce Grand Chelem. C’était en 1969, il y a 43 ans. En 2011, « Djoko » n’est pas passé loin de l’exploit. Mais s’il s’est imposé à l’Open d’Australie, Wimbledon et l’US Open, il s’est cassé les dents à Roland Garros, où il a échoué en demi-finales (défaite contre Federer).
« Je veux atteindre la finale pour la première fois de ma carrière à Roland-Garros, a-t-il annoncé dimanche. Je ne l’ai jamais fait et j’ai le sentiment que je suis prêt pour atteindre cet objectif. Cette année, ma priorité est de réaliser le Grand Chelem et les Jeux Olympiques. Ça ne veut pas dire que je ne vais pas bien jouer sur les autres tournois mais les Grands Chelems sont plus importants pour moi. » En s’imposant à Roland-Garros au printemps, Novak Djokovic réaliserait déjà le « Petit Chelem », avec les quatre Grands Chelems à cheval sur les saisons 2011 et 2012.

Nadal fait-il un complexe ?

Sur la terre battue où Rafael Nadal a triomphé six fois en sept participations, Djokovic pourra toujours revisionner ses matchs face à l’Espagnol. Dimanche, il a battu pour la septième fois de rang son grand rival. « Djokovic est pour Nadal ce que Nadal est pour Federer. Il y a un complexe, remarque l’ancien DTN Patrice Dominguez. J’ai obtenu une confidence d’une personne qui a croisé le kiné de Roger. Ce dernier a rapporté des propos du Suisse qui lui a dit : ‘‘Même si j’avais battu Nadal, je n’aurais pas battu Djokovic parce qu’aujourd’hui, c’est le meilleur joueur du monde’’. »

Voilà pourquoi l’organisateur du tournoi de Montpellier, qui a débuté ce lundi, pense que « Djoko » peut aller au bout de l’incroyable défi. « S’il tient physiquement, il peut faire le Grand Chelem, confirme Dominguez. Le patron, c’est Djoko ! » Du côté des joueurs, l’impression laissée par le Serbe est aussi très forte. « Il peut le faire même si réaliser le Grand Chelem reste difficile, estime le Français Richard Gasquet. Il joue extrêmement bien et a une grande confiance.» Difficile de contredire le Biterrois.

dossier :

Novak Djokovic