RMC Sport

Nadal, toujours plus fort

Rafael Nadal a remporté le 3e tournoi de Madrid de sa carrière

Rafael Nadal a remporté le 3e tournoi de Madrid de sa carrière - -

En battant sèchement le Suisse Stanislas Wawrinka (6-2, 6-4), Rafael Nadal a remporté le 3e tournoi de Madrid de sa carrière (après 2005 et 2010), son 5e depuis le début de l’année. Impressionnant de la part d’un « revenant », éloigné des courts 7 mois durant.

Qu’on se le dise : le roi de la terre battue est bel et bien de retour. Après 7 mois d’absence pour une blessure au genou gauche, Rafael Nadal effectue depuis février un retour en trombe sur les courts. A Madrid, il vient de remporter son 5e titre de l’année, après Sao Paulo, Acapulco, Indian Wells et Barcelone, son 40e titre sur terre battue. Mieux : Rafael Nadal a joué 7 finales cette saison pour… 7 tournois disputés. Seuls l’improbable Zeballos à Viña del Mar et Djokovic à Monte Carlo sont parvenus à le faire flancher.

« Les résultats ne pourraient pas être meilleurs, a confié le Majorquin à la télévision espagnole La Sexta, après son match. Il y a cinq mois, je ne pouvais pas rêver à tout ce qui s'est passé ces derniers mois. C'est toujours un rêve de disputer une nouvelle finale ici à domicile, à Madrid. »

Et à la fin, c’est Nadal qui gagne

Et pourtant, l’Espagnol n’a pas encore retrouvé son meilleur niveau de jeu. Une alerte face à Ferrer en quart, un 2e set accroché face à Andujar en demi-finale mais à la fin… c’est toujours Nadal qui gagne.

Son adversaire du jour, Stanislas Wawrinka, ne se faisait guère d’illusions. « J’étais vraiment fatigué, en manque de jus et contre Rafa, ça se paie tout de suite. Lui jouait bien. Face à lui, si je ne suis pas à 100%, je n’ai aucune chance. Et même quand je suis à 100%, c’est difficile de le battre, surtout sur terre battue. »

La prochaine échéance de Rafael Nadal, c’est le tournoi de Rome. En cas de victoire finale, la semaine prochaine, l’Espagnol pourrait gagner une place au classement ATP aux dépends de David Ferrer. Et aborder Roland-Garros dans la peau de n°4 mondial. De quoi s’éviter un gros poisson en quarts de finale, et se dégager un peu plus encore l’horizon en vue d’un 8e titre record sur l’ocre parisienne.

A lire aussi :

- Nadal serein, Tsonga au forceps

- Dominguez : « Nadal serait mal à l’aise »

- Monte-Carlo : Djokovic détrône Nadal

dossier :

Rafael Nadal

Apolline Bouchery, avec Eric Salliot à Madrid