RMC Sport

Disparition de Peng Shuai: la Fédération internationale de tennis demande des comptes à la fédé chinoise, les instances françaises attentives

Alors que Peng Shuai n’a plus donné signe de vie depuis seize jours, hormis par le biais d'un communiqué douteux, les instances internationales ont pris contact avec la Fédération chinoise de tennis, selon nos informations. Le ministère des Sports et la FFT suivent également la situation de près.

La tenniswoman chinoise Peng Shuai n'est plus apparue publiquement depuis début novembre, hormis par le biais d'un communiqué qui lui a été attribué mercredi mais dont la véracité n'a pas été prouvée, après qu'elle a accusé sur un réseau social l’ancien vice-Premier ministre, Zhang Gaoli, de viol. Alors que l’inquiétude autour de sa disparition soudaine prend chaque jour un peu plus d'ampleur, et que des joueuses et joueurs de tennis se sont mobilisés sur les réseaux sociaux ce jeudi matin, les institutions ont réagi face à l'urgence de la situation.

D’après nos informations, la Fédération internationale de tennis a ainsi demandé des comptes à la Fédération chinoise, afin de recueillir le plus d'éléments possibles quant à la situation de l’ancienne championne de double.

"Nous sommes évidements favorables à une enquête approfondie et transparente sur l'affaire"

Les deux instances sont désormais en contact permanent au sujet de la femme de 35 ans, vainqueure de Wimbledon en double en 2013, puis de Roland-Garros l’année suivante. "La santé des joueuses et des joueurs est toujours notre priorité absolue, et nous sommes évidements favorables à une enquête approfondie et transparente sur l'affaire" de Peng Shuai, nous assure-t-on à la Fédération internationale.

Du côté des instances françaises, le ministère des Sports est également attentif à la situation, et reste en étroite relation avec la Fédération française de tennis (FFT) et les instances internationales afin de suivre de près l'évolution de la situation de l'actuelle 192e joueuse mondiale en simple au circuit WTA.

Steve Simons, le patron de la WTA, avait exprimé son "inquiétude" mercredi concernant la sécurité de la joueuse et affirmé douter des informations officielles provenant de la Chine sur la championne. La chaîne d’Etat chinoise CGTN avait dévoilé, sur Twitter, la capture d’écran d’un courriel attribué à Peng Shuai, que la joueuse chinoise aurait envoyé à la direction de la WTA, sans que l’authenticité du message ne puisse encore être confirmée.

Romain Daveau, avec Anthony Rech