RMC Sport

Disparition de Peng Shuai: prêt à boycotter la Chine, Mahut dénonce le silence de l'ITF et du CIO

Nicolas Mahut a réaffirmé ce vendredi sa volonté de boycotter les tournois en Chine si aucune nouvelle rassurante n’est publiée autour de Peng Shuai. Associé à Pierre-Hugues Herbert, le spécialiste du double a taclé la Fédération internationale de tennis et le CIO pour leur inaction.

Disparue de la vie publique après avoir accusé un membre du régime chinois de viol, la joueuse de tennis Peng Shuai suscite de vives inquiétudes travers le monde. Si des photos de la sportive ont récemment été relayées par un journaliste proche des autorités chinoises, la colère monte à l’international. En France et aux Etats-Unis, les gouvernements ont confirmé suivre avec attention l’évolution du dossier.

"La WTA et Steve Simon a réagi fortement et a montré un vrai leadership. L’ATP a emboîté le pas, a rappelé Nicolas Mahut. Moi je suis très déçu du communiqué de l’ITF et encore plus de David Haggerty son président. Pour moi il a été inexistant depuis le départ. C’est bien que L’Equipe fasse une une mais il y quand même…le Comité international olympique je n’ai rien lu nulle part. A moins que cela soit sorti quand j’étais sur le terrain mais ils n’ont rien fait. Je trouve que c’est assez embarrassant à quelques mois des Jeux olympiques en Chine."

Mahut et Herbert prêts à boycotter les tournois en Chine

A l’heure où les enjeux financiers du tennis, durement touché par la crise sanitaire liée au Covid-19, pourraient pousser les instances ou les joueurs à mettre de côté leurs valeurs morales afin d’assurer une stabilité financière, Nicolas Mahut a réaffirmé sa volonté d’éventuellement ne pas aller jouer en Chine.

"C’est moi qui ai parlé de cela", lance encore Nicolas Mahut. Avant d’être coupé par son partenaire de double Pierre-Hugues Herbert d’un "je te suis Nicolas".

Et l’actuel septième joueur mondial de double d’appeler de ses vœux une réponse commune pour soutenir Peng Shuai.

"J’espère que l’on aura une décision collective, a renchéri l’homme aux cinq titres du Grand Chelem en double. Individuellement on ne peut pas faire grand-chose. Cela fait quelques temps que l’on parle d’unité. Il n’y a pas meilleur moment pour le prouver. Mais cela commence mal quand l’ITF reste pour l’instant à la traîne là-dessus. Individuellement, c’est certain que si les choses n’évoluent pas, je n’irai pas jouer là-bas. Mais individuellement on ne peut pas faire grand-chose.

JGL avec Eric Salliot