RMC Sport

Djokovic peut-il gagner Roland-Garros ?

En battant Nadal à Madrid, Djokovic s'annonce comme un prétendant à la victoire à Paris

En battant Nadal à Madrid, Djokovic s'annonce comme un prétendant à la victoire à Paris - -

Vainqueur de Rafael Nadal dimanche à Madrid, le Serbe a frappé un grand coup à deux semaines du grand rendez-vous parisien. Une victoire qui pourrait redistribuer les cartes sur terre battue.

Rien ne va plus pour Rafael Nadal. Après avoir été battu par Novak Djokovic dimanche en finale du Masters 1000 de Madrid, l'Espagnol a encore connu des soucis aujourd'hui. Son vol à bord d'une compagnie « bas coûts » pour Rome où il doit enchaîner cette semaine a été retardé de deux heures et demie. Un simple détail comparé à la déception de s’être incliné dimanche sur le central de la Caja Majica, devant son public, face à l’homme qui survole ses adversaires en 2011. « C’est un monstre, ce n’est pas moi qui n’était pas au niveau », a lâché amer le Majorquin à propos de son bourreau serbe.
Djokovic a mis un terme à une série de 37 matches sans défaite sur terre battue depuis son élimination au quatrième tour de Roland-Garros en 2009, face à Robin Soderling. Après ses succès à Monte-Carlo et à Barcelone, le n°1 mondial s’incline à Madrid, face à un joueur qui n’a jamais perdu cette saison : Open d’Australie, Dubaï, Indian Wells, Miami, Belgrade, et maintenant Madrid. Impérial contre Nadal, « Nole » s’offre également le luxe de remporter sa première victoire en dix rencontres sur terre battue contre l’Espagnol.

A Rome, Djokovic peut devenir n°1 mondial

Djokovic se rapproche de Roland-Garros (22 mai-05 juin) avec la peau du tombeur de « Rafa ». Saura-t-il rééditer l’exploit à Paris ? Ses progrès en revers sont un atout de taille face au gaucher espagnol. Mais il ne faut pas oublier qu’à Madrid, le Serbe a profité d’une vitesse de balle favorisée par l’altitude (900m). Un atout qu’il ne retrouvera pas Porte d’Auteuil. Par ailleurs, aura-t-il la « caisse » pour tenir sept matches en trois sets ? « J’ai beaucoup progressé, je fais maintenant partie des candidats à la première place », lâchait-il avant Belgrade.
Reste que la pression est sur le n°1 mondial. « S’il perd en quarts et que Djoko gagne, c’est le Serbe qui prend la première place, prévient Patrice Dominguez, ancien DTN du tennis français. C’est clairement à Nadal de remettre les pendules à l’heure. » Vainqueur à Rome en 2009 et en 2010, l’Espagnol doit réagir à plus d’un titre.

Louis Chenaille