RMC Sport

« Djoko » l'Australien

Novak Djokovic

Novak Djokovic - -

Novak Djokovic a remporté son sixième titre du Grand Chelem en battant Andy Murray (6-7, 7-6, 6-3, 6-2) ce dimanche en finale de l’Open d’Australie. Le Serbe entre dans l’histoire du tennis avec ce troisième sacre d’affilée à Melbourne.

Ce n’est pas nouveau, Novak Djokovic est à l’aise au pays des kangourous. Dimanche, le numéro 1 mondial est devenu le premier joueur de l’ère Open à remporter l’Open d’Australie trois fois consécutivement (2011, 2012, 2013). Et il détient désormais quatre titres (avec 2008). « C'est un sentiment totalement incroyable de gagner une quatrième fois ce trophée. C'est vraiment mon Grand Chelem préféré », a déclaré Djokovic, tout content de son exploit. A Melbourne, « Nole » n’a plus été battu depuis 2010. A l’époque, Jo-Wilfried Tsonga l’avait bouté en quart de finale. Depuis, le Serbe est devenu numéro 1 mondial et imbattable dans son antre, qui commence à ressembler à l’enfer pour ses adversaires.

Andy Murray, pourtant irrésistible depuis le début du tournoi, était déjà tombé en 2012, à l’issue d’une rencontre épique de près de cinq heures. Il pensait prendre sa revanche après une année 2012 déclic durant laquelle il était devenu champion olympique et avait remporté son premier titre du Grand Chelem à New York face à… Djokovic. Mais cette fois encore, le Serbe a pris le dessus, malgré un début de match difficile. Très solide au service (81% et 96% de points gagnés sur sa première balle de service dans les deux premiers sets), l’Ecossais n’avait d’abord pas permis à son adversaire de prendre l’échange à son compte, s’octroyant la première manche au bout d’un jeu décisif à sens unique (7-2).

Déjà six titres en Grand Chelem

Mais Djokovic gérait bien mieux le tie-break du deuxième set (7-3) et se remettait en selle. Après s’être fait soigner la voûte plantaire, Murray grimaçait. Djokovic faisait rapidement le break pour mener 5-3 puis 6-3. La quatrième manche, disputée dans les premiers jeux, se dénouait rapidement (6-2) après une seule balle de match convertie par le Djoker. Un tennisman doté, décidément, d’un moral d’acier. « Il est le numéro 1 mondial. Après une finale perdue à Roland-Garros, après une autre perdue à l’US Open, précisément contre Murray, il lui fallait impérativement regagner. Le voilà maintenant assuré d’être encore pour un long moment numéro 1, et le voilà très confiant après cette première victoire pour la saison 2013 », analyse Patrice Dominguez, consultant tennis de RMC. A 25 ans, Djokovic possède six titres du Grand Chelem. Il en a gagné cinq en deux ans ! Ses ressources morales sont infinies, son corps inépuisable. Son palmarès n’est pas près de se refermer.