RMC Sport

La cible « Djoko »

Novak Djokovic

Novak Djokovic - -

Un an après avoir entamé à Melbourne une extraordinaire série (41 victoires consécutives), Novak Djokovic sera l’homme à battre lors de l’Open d’Australie. Mais Roger Federer, privé de Grand Chelem en 2011, ou Jo-Wilfried Tsonga peuvent espérer contrecarrer les plans du n°1 mondial.

Djokovic pour régner
Melbourne, base de lancement de la fusée « Djoko » en 2011. Vainqueur en finale de l’Ecossais Andy Murray, le Serbe a ensuite tout écrasé sur son passage avec 41 victoires consécutives, deux nouveaux sacres en Grand Chelem à Wimbledon et l’US Open et cinq Masters 1000. Un rythme incroyable que la fatigue n’avait freiné qu’à l’automne. « Ça va être très difficile de reproduire ce que j’ai réussi l’année dernière, reconnait ‘Nole’. Mais je l’ai fait une fois, alors pourquoi pas deux ? » Brillant en exhibition à Abu Dhabi, il dit s’être reposé cet hiver pendant « deux semaines, sans prendre la raquette et sans travailler physiquement ». Conserver sa couronne mondiale, avec les énormes points à défendre, passe par un remake en 2012.

Federer pour rajeunir
Le meilleur joueur de l’histoire était l’homme en forme en fin de saison dernière. Ses victoires à Bercy et surtout aux Masters de Londres, alors que Novak Djokovic et Rafael Nadal cassaient, ont démenti les rumeurs de déclin. Mais à 30 ans, pour rajeunir encore, Roger Federer doit regagner en Grand Chelem. Son dernier date de 2010, à Melbourne, justement, pour son quatrième Open d’Australie. « Je suis plutôt confiant quant à mes propres chances, indique le n°3 mondial. Mais ça ne veut pas dire grand-chose parce que les autres jouent vraiment super bien en ce moment. » Forfait à Doha face à Jo-Wilfried Tsonga, en demi-finale, il assure ne plus souffrir du dos et « être à 100% ».

Nadal pour survivre
L’exceptionnel physique de l’Espagnol a donné des signes de faiblesse en 2011. Son mental également, avec l’ascendant pris par Novak Djokovic dans leurs duels. Le dauphin du Serbe au classement mondial, vainqueur à Melbourne en 2009, a-t-il digéré ? Touché à une épaule cet hiver, il n’a pas été transcendant à Doha, où Gaël Monfils l’a battu pour accéder à la finale. « Mon épaule est en parfait état, jure le Majorquin. Je crois que je travaille comme il faut. Il y a plein de fantastiques joueurs que je vais avoir à affronter et je dois être prêt pour me battre contre chacun d'entre eux. Et puis il y a aussi Novak Djokovic, bien sûr. » Djokovic, toujours. Une éventuelle finale contre lui à Melbourne ressemblerait à une montagne psychologiquement.

Murray pour surprendre
Contrairement à Djokovic, l’Ecossais n’a pas fait l’impasse sur un tour de chauffe avant l’Open d’Australie. Il s’est imposé tranquillement à Brisbane. L’effet Ivan Lendl, déjà ? L’unique joueur du Top 4 à ne pas avoir mis la main sur un Grand Chelem s’est adjoint les services en tant qu’entraîneur de l’ancien n°1 mondial, sacré à Melbourne (2 fois), Roland-Garros (3) et l’US Open (3). « Je ne vais pas tirer les bénéfices du travail avec Ivan dès cette semaine, tempère Andy Murray. Je vais voir sur six mois, un an. Mais c’est évidemment très bien d’avoir quelqu’un avec son expérience à mes côtés. » L’Ecossais risque d’être sur la route de nombreux Français (Roger-Vasselin, Llodra, Monfils, Simon ou Tsonga, puis Gasquet ?).

Tsonga pour confirmer
Le pari le plus sûr parmi les outsiders pour la victoire finale à l’Open d’Australie. Etincelant en fin de saison dernière, il avait buté sur Roger Federer au Masters 1000 de Paris-Bercy puis aux Masters de Londres. Il a redémarré tambour battant en 2012 en s’adjugeant le tournoi de Doha aux dépens de Gaël Monfils la semaine dernière (7-5, 6-3). Alors la danse des pouces fera-t-elle vibrer la Rod Laver Arena pour conclure la quinzaine ? Candidat à une place dans le top 5, le Français devra sûrement en passer par un premier succès en Grand Chelem pour bouleverser la hiérarchie. Finaliste malheureux en 2008 face à Novak Djokovic, « Jo » n’est plus très loin d’avoir l’étoffe des plus grands.

Le titre de l'encadré ici

Federer, Nadal et dix Français(es) dès lundi |||

Les premiers matchs de l’Open d’Australie se dérouleront dans la nuit de dimanche à lundi, à partir de 1h du matin heure française. Cinq joueurs français seront sur le pont pour le premier tour. Adrian Mannarino affrontera l’Argentin Juan Martin Del Potro. Jérémy Chardy défiera le Bulgare Grigor Dimitrov. Eric Prodon sera opposé à l’Allemand Andreas Beck. Benoit Paire se mesurera au Suisse Stanislas Wawrinka. Et Florent Serra jouera contre le Belge Steve Darcis. La journée marquera surtout les débuts de Rafael Nadal contre l’Américain Alex Kuznetsov et ceux de Roger Federer, en soirée, face au Russe Alexander Kudryavtsev. Chez les filles, cinq Bleues seront également concernées dès ce lundi : Aravane Rezaï contre la Chinoise Shuai Peng, Pauline Parmentier contre la Russe Alla Kudryavtseva, Alizé Cornet contre la Roumaine Monica Niculescu et Stéphanie Foretz-Gacon contre la Britannique Elena Baltacha. Issue des qualifications, Irena Pavlovic jouera face à la Néo-Zélandaise Marina Erakovic.