RMC Sport

Nadal imperator

L’Espagnol a rejoint Bjorn Borg en remportant son quatrième Roland-Garros consécutif et en pulvérisant en trois manches Roger Federer (6-1, 6-3, 6-0).

Il n’a pas fait mieux que les six autres adversaires de Nadal dans cette quinzaine. Pas mieux que les 27 affrontés depuis 4 ans à Paris par l’Espagnol. Roger Federer a été balayé comme une feuille par le martien de la terre battue, Rafael Nadal. Il n’a fait illusion que pendant cinq jeux au milieu du deuxième set. Pendant vingt petites minutes, il a été au niveau de son meilleur ennemi. Le début du match sonnait comme un avertissement car le Majorquin breakait le numéro un mondial dès le premier jeu. La suite n’a été qu’une série de corrections infligées à un Roger Federer méconnaissable. Le n°1 mondial alignait les fautes directes avec une régularité triste tandis que Nadal restait égal à lui-même avec une précision métronomique. Seulement 7 fautes directes pour l’Espagnol qui récitait son meilleur tennis tandis que Federer n’était que l’ombre de lui-même. Vêtu de noir, le Suisse portait déjà son deuil au moment de rentrer sur le terrain. Nadal a remporté le premier set 6-1.
Federer a réussi à retrouver son tennis avec un jeu beaucoup plus agressif en début de seconde manche. Malheureusement pour lui, une fois breaké il retombait dans ses tourments. 6-3.
Tête baissée, le Suisse attendait la sentence. Comme s’il savait qu’il allait être guillotiné. Et comble de l’humiliation, Nadal collait un 6-0 dans le troisième set à Federer.

Nadal égale Borg

L’insulte suprême pour le maître, qui pour la quatrième fois consécutive à Roland était renvoyé à ses études par ce martien qui l’empêchait encore de remporter le seul titre du Grand Chelem qui manque à son palmarès. La remise en question va être dure à quelques semaines de Wimbledon. En revanche, Nadal inscrit un peu plus son nom dans la légende de Roland avec ce quatrième titre consécutif. Il égale Bjorn Borg dans l’histoire. Surtout il a porté un coup terrible à Federer au niveau mental. Deux fois finaliste à Wimbledon face au Suisse, Nadal se prépare à écrire d’autres pages sur d’autres surfaces. Martien sur terre battue, Nadal peut le devenir aussi sur le gazon anglais. Il a affiché la couleur sur son débardeur, le vert.

Morgan Maury