RMC Sport

"Santé tout le monde", le premier message de Paire après sa sanction

Privé des Jeux olympiques à force d’écarts de conduite, Benoît Paire est parti se faire dorer la pilule aux Maldives.

Pour ceux qui s’inquiétaient de sa santé mentale, Benoît Paire va très bien, du moins en apparence. Le tennisman français (35e mondial) a rangé les raquettes pour aller se ressourcer aux Maldives, où il coule une vie heureuse. Le Français ne semble pas préoccupé par ses récents déboires sur le circuit ATP, tout comme il n’a pas l’air touché par la sanction que lui a infligée la Fédération française de tennis, en le privant des Jeux Olympiques.

"Santé tout le monde", a écrit le Français sur Instagram dans une vidéo où il sort de l’eau avec un masque et un tuba sur la tête, avant d’attraper une bière fraîchement sortie du frigo. La vie est belle pour le Français, qui s’est très largement plaint des conditions de jeu sur le circuit ces dernières semaines, ainsi que de l’ambiance qui y règne, laquelle était comparable, selon lui, à celle d’un “cimetière” à Monte-Carlo.

Perdu sur le terrain, largement démotivé, Benoît Paire s’est plus souvent illustré ces dernières semaines par ses écarts de conduite que par ses inspirations raquette en mains. Deux épisodes marquants lui ont notamment valu cette sanction que la FFT a jugé nécessaire de lui infliger.

"Je n'ai plus l'étincelle"

Le premier date de début mars à Buenos Aires. Opposé pour son entrée en lice à un joueur classé au-delà de la centième place mondiale, l'Argentin Francisco Cerundolo (défaite 4-6, 6-3, 6-1), Paire multiplie les emportements: il crache sur une marque litigieuse jugée en sa défaveur par l'arbitre, hurle plusieurs jurons, et sabote complètement sa fin de partie, y compris la balle de match perdue sur une grossière double faute.

Il y ajoute dans la foulée une provocation sur les réseaux sociaux: une capture d'écran de sa page sur le site de l'ATP affichant ses quelque 8,5 millions de dollars de gain en carrière, assortie du commentaire "Finalement ça vaut le coup d'être nul". Cette première incartade lui vaut une mise en garde de la FFT. Paire échappe à une plus grosse sanction grâce notamment à une lettre d’excuse. Mais cela ne l’empêche pas de récidiver.

Battu pour son entrée à lice à Monte-Carlo, Paire se lance dans une diatribe contre le circuit et les contraintes imposées par la pandémie. Paire ne cache pas qu’il le vit très mal depuis le début, mais cette fois-ci, le Français va encore plus loin que d’habitude. "Que je gagne ou que je perde, j'en ai rien à cirer, ça me passe à des années lumières. Gagner ou perdre dans des conditions pareilles, je m'en fous. Je n'ai plus l'étincelle"

"Alors on va dire ‘oui, c'est comme la vie normale’. Et ben très bien, moi je trouve que la vie normale elle est à chier en ce moment et le circuit est à chier pareil. Tout est pour l'instant à chier. Le seul moment de bonheur c'est quand je suis chez moi, que je ne mets pas mon masque, que j'en ai rien à foutre du covid." Un bonheur qu’il semble avoir retrouvé au bord de l’eau.

QM