RMC Sport

Gasquet, un garçon plein d’avenir

-

- - -

Battu par Rafael Nadal en demi-finales, Richard Gasquet sort de l’US Open avec un beau parcours, des progrès physiques, un déclic mental et des promesses pour le futur. Et si le plus beau de sa carrière était encore devant lui ?

Parfois, les défaites sont pleines de promesses. Le chemin pour y parvenir aussi. Battu par Rafael Nadal en demi-finales de l’US Open (6-4, 7-6, 6-2), Richard Gasquet va pouvoir s’appuyer sur sa belle quinzaine new-yorkaise pour s’écrire un avenir qui pourrait se révéler radieux. Avec les qualités physiques et mentales démontrées par le garçon pour écarter coup sur coup Milos Raonic et David Ferrer en cinq sets (il n’avait jamais gagné deux matches consécutifs en cinq manches), aucun doute, le Biterrois a franchi un cap dans la « grosse pomme ». Au point de s’imaginer une seconde carrière avec des résultats enfin à la hauteur de son talent brut ? A 27 ans, le champ des possibles reste grand ouvert. 

« Il est vraiment sur la bonne voie, juge Cédric Pioline, finaliste à l’US Open en 1993. Je crois qu’il va nous faire des bonnes choses dans les semaines et les mois à venir. » Le Gasquet nouveau est arrivé. Et sa métamorphose mentale donne de l’espoir. « Il a montré une détermination et une attitude qui en font un joueur qui sera respecté, confirme Patrice Dominguez, membre de la Dream Team RMC Sport. Il doit désormais avoir de l’ambition et celle-ci doit se matérialiser pour la fin de saison avec le Masters de Londres. C'est un joueur qui s'est redressé, un jeune qui est devenu un adulte, qui a enlevé sa casquette, qui a osé regarder en face ses adversaires, qui ne regarde plus ses chaussures comme il le faisait avant. C'est quelqu'un qui connaît très bien le tennis, qui est très doué, mais il fallait qu'il mette en place le puzzle. Il a vaincu ses démons, abattu des murs qui le contraignaient depuis quelque temps. On a pu noter le changement dans son jeu comme dans son mental. »

Henri Leconte : « Dans son attitude, il a grandi »

Une analyse partagée par Henri Leconte : « J’ai aimé son attitude. Contre Nadal, il n’a pas eu peur. Il n’a pas fait le petit gamin qui baisse la tête comme il le faisait d’habitude en regardant par terre. Il était le torse bombé, un peu comme un toréro. Dans son attitude, il a grandi. Il faut faire la synthèse de ce qui a pu se passer pendant cet US Open, les échelons qui ont été gravis, et continuer sur la même dynamique pour progresser et arriver au top à l’Open d’Australie. » Même la défaite en trois sets face à Nadal se range dans la balance positive, avec deux premiers sets où Richard a presque fait jeu égal avec Rafa.

« Il a compris que même face à Nadal, s’il pratique son meilleur tennis, il est capable de tenir tête, s’enthousiasme Paul Quetin, son préparateur physique. C’est vraiment très encourageant pour la suite. » Pioline va dans le même sens : « C’est un match plein d’enseignements pour Richard. Il lui montre des axes de progression à travailler. » Et l’intéressé d’appuyer : « Je sentais que je le dérangeais vraiment et que j’étais au niveau. Il y avait très peu de choses qu’il faisait beaucoup mieux que moi. » Reste à confirmer le déclic. A ne pas transformer les flammes new-yorkaises en feu de paille. « Ce tournoi, ça restera, assure Richard Gasquet. Après, parler de déclic alors que j’ai déjà été 7e mondial à 20 ans… Mais je suis très motivé pour la suite. » On a déjà hâte de voir ça.

A lire aussi :

>> US Open : Gasquet à bout de souffle

>> Dominguez : "Gasquet peut avoir d'autres ambitions"

>> US Open : Revivez la demi-finale Gasquet-Nadal

dossier :

Rafael Nadal

Alexandre Herbinet avec C.G. et E.S. à New York