RMC Sport

US Open: Djokovic met la pression sur les organisateurs

"Le pire scénario serait que tout reste en l’état": le numéro 1 mondial Novak Djokovic espère encore du changement dans l'organisation de l'US Open, comme il l'a fait comprendre ce jeudi. Le Serbe témoigne aussi de son impatience à l'idée de jouer Roland-Garros.

Comment se déroulera l'US Open? La question est sur toutes les lèvres, notamment sur celles de Novak Djokovic. Prévu du 24 août au 13 septembre, le Grand Chelem américain a été confirmé à ces dates et dans des conditions qui seront très particulières. Le flou demeure sur le déroulement exact de la quinzaine et le Serbe est toujours inquiet.

"Bien sûr, les mesures prises actuellement sont assez strictes. Avec la quarantaine, certains joueurs, particulièrement ceux d’Amérique du Sud, ne peuvent pas voyager en dehors de leur pays et venir aux Etats-Unis. Espérons que ça change: l’ATP et l’USTA travaillent dessus", concède le numéro 1 mondial, qui avait déjà passé un coup de gueule sur les conditions du tournoi.

"Espérons que les joueurs auront tous les mêmes chances"

Le "Djoker" souhaite également que les modalités de qualification soient justes et les conditions de voyages équitables pour tous les joueurs: "Le pire scénario serait que tout reste en l’état, mais il reste du temps. Espérons que tous les joueurs qui participeront, choisis par leur classement et qui méritent leur place à l’US Open, auront tous les mêmes chances de voyager et d’être compétitifs. C’est important, parce que ce sont les bases de l’ATP et du tennis international."

Curieux de savoir comment se tiendra l’US Open, le Serbe salive déjà sur Roland-Garros, qui débutera deux semaines après la finale de Flushing Meadows: "C'est super que nous ayons un toit sur le Philippe-Chatrier cette année, il y a des choses positives et je pense à celles-ci. Je pense que c'est un des tournois les plus importants du monde. J'adore le jouer et je suis impatient d'y retourner." 

dossier :

Novak Djokovic

JAu