RMC Sport

US Open : Nadal et les autres

Rafael Nadal

Rafael Nadal - -

L’édition 2013 de l’US Open débute ce lundi. Rafael Nadal fait figure de favori, Novak Djokovic et Andy Murray sont sous pression, Federer inquiète. Côté français, les chances semblent plutôt minces.

Nadal en favori

S’il y en a un qui arrive en pleine confiance, c’est bien Rafael Nadal. L’Espagnol, remonté à la 2e place mondiale, affiche un bilan 2013 hallucinant : 53 victoires pour 3 défaites, 9 titres depuis son retour de blessure en février dernier. Pas de doute pour Patrice Dominguez, « Nadal partira favori. Cette surface rapide, en l’occurrence le dur, lui a parfaitement réussi avec trois grandes victoires en Masters 1000 cette saison, à Indian Wells, à Montréal et ensuite à Cincinnati. Il arrive avec un plein de confiance. » Seule ombre au tableau ? Une élimination dès le premier tour à Wimbledon. Mais après un break de trois semaines, « Rafa » arrive à New York régénéré. Avec en ligne de mire la place de numéro 1 mondial, en cas de victoire finale.

Djokovic et Murray sous pression

Après une saison 2012 au sommet, Novak Djokovic est redescendu sur terre. Le Serbe, encore n°1 mondial, n’a plus gagné de titre depuis Monte-Carlo en avril dernier, et sa demi-finale perdue face à Nadal à Roland-Garros a laissé des traces. D’autant que « Djoko » arrive aux Etats-Unis sous pression. « S’il veut être champion du monde et s’il veut garder sa place de numéro un mondial, il lui faut impérativement gagner cet US Open, insiste Patrice Dominguez. Pour un joueur en manque de confiance, c’est un challenge très difficile. » Lui aussi devra supporter la pression : pour la première fois, Andy Murray arrive à l’US Open avec l’étiquette de tenant du titre. Le Britannique, récent vainqueur de Wimbledon, est l’homme à abattre. Pour Patrice Dominguez, « il a les moyens d’aller jusqu’au bout. On l’a vu tellement bien jouer à Wimbledon et tellement contrôler la situation que c’est tout à fait possible. »

L'énigme Federer

Il est loin le Roger Federer fringuant des 17 titres en Grand Chelem et des 5 couronnes à l’US Open. Le Suisse pointe à une presque anonyme 7e place au classement ATP. L’année de trop ? « Il faut reconnaitre qu’on a vu cet été un Roger Federer qui accusait ses 32 ans, admet Patrice Dominguez. Avant, les joueurs qui jouaient Federer avaient peur, aujourd’hui ils se disent qu’ils peuvent gagner. » Son parcours à New York en dira sans doute un peu plus sur la tournure que prendra sa carrière. Mais après tout, Pete Sampras était allé chercher son dernier tournoi majeur en tant que 17e joueur mondial... à Flushing Meadows.

Des Français démunis ?

Y aura-t-il un Français en deuxième semaine ? Le camp tricolore arrive quelque peu démuni à New York. Jo-Wilfried Tsonga, n°1 français toujours convalescent, est forfait tout comme Gilles Simon, touché aux côtes. Gaël Monfils s’est blessé samedi en finale du tournoi de Winston-Salem mais devrait tout de même s’aligner. Le meilleur atout français, c’est donc Richard Gasquet, 9e à l’ATP, qui pourrait retrouver David Ferrer en quarts de finale. Mais il lui faudra pour cela battre ses vieux démons : le Biterrois a disputé seize 8es de finale en Grand Chelem et en a perdu quinze.

A lire aussi :

>> L’année de trop pour Federer ?

>> Dominguez : « Murray, l'exemple à suivre »

>> Monfils : « Bon pour la confiance »

dossier :

Rafael Nadal

Apolline Bouchery avec Louis Amar