RMC Sport

US Open : Tsonga s'invite aussi en quarts

-

- - -

Gaël Monfils n’a pas tremblé ce dimanche pour écarter Marcos Baghdatis en 8es de finale de l’US Open. Vainqueur en trois sets (6-3, 6-2, 6-3), le Français se hisse en quarts de finale du majeur américain où il pourrait retrouver Rafael Nadal… ou son compatriote Lucas Pouille. A l'expérience, Jo-Wilfried Tsonga s'est, lui, débarrassé de son adversaire, l'Américain Jack Sock (6-3, 6-3, 6-7, 6-2).

Il y a des signes qui ne trompent pas. Cette tentative d’amorti très proche du filet, dans le 3e set, obligeant le Français à déclencher une accélération dont il a le secret, qui aurait pu sourire à Marcos Baghdatis… à condition que la « Monf’ » ne lui rende pas la pareille, qui plus est avec de l’effet, s’adjugeant ainsi le 8e jeu de cette ultime manche (5-3). Ou ces deux jeux concédés, toujours dans le 3e set, qui auraient pu laisser craindre une décompression de la part du Français. Mais non, Gaël Monfils a fait un match plein ce dimanche pour écarter son adversaire chypriote (6-3, 6-2, 6-3).

A lire aussi >> US Open, Coupe Davis : Nicolas Mahut croise les doigts

Un troisième quart à New York

Comme en 2010 et 2014, la « Monf’ » est en quarts de finale de l’US Open. Et pour retrouver ce stade de la compétition, le Français a livré une copie on ne peut plus solide. Dans le détail ? Monfils a répondu présent sur chaque point important, n’a pas gâché les balles de break qui se présentaient à lui (7/11 contre 2/5 pour son adversaire) et, surtout, a fait parler la poudre sur son service (66 % de points marqués sur son premier service, 50 sur le deuxième), secteur où Marcos Baghdatis, visiblement émoussé en fin de rencontre et complètement balayé dans la deuxième manche (mené 4-1, défait 6-2), a été largement déficient.

A lire aussi >> US Open, Coupe Davis : Mahut croise les doigts...

Compliqué pour le Chypriote, débordé et mis sous pression dès le sixième jeu (4-2) du premier set dans cette rencontre, de ne pas concéder un troisième revers en quatre confrontations face au Français. Ce succès plein va gonfler le capital confiance de Monfils, bien décidé à enfin passer le cut des quarts à Flushing Meadows. « J’ai bien commencé mon match avec une tactique bien en place, une petite adaptation avec des conditions un peu différentes avec un peu plus de vent, confie le Français. Pour l’instant, ça se passe bien. Aujourd’hui j’étais content de la façon dont j’ai couvert encore mon terrain. Je suis un peu timide quand même sur mon coup droit de décalage et sur quelques autres coups,je peux être encore beaucoup plus agressif. Mais il y a du mieux. Il y a du mieux mais ce n’est pas encore ça à 100% ». L’écueil n’aura pas la même portée en fonction du résultat du 8e de finale entre Lucas Pouille et Rafael Nadal : ce sera soit contre son compatriote ou l’Espagnol que la « Monf’ » tentera de remplir son contrat.

A lire aussi >> US Open : le "Grand Chelem" dont les Bleues se seraient bien passées

Tsonga passe et concède encore un set

Jo-Wilfried Tsonga s’est également montré sérieux lors du 8e de finale qui l’opposait à Jack Sock (6-3, 6-3, 7-6, 6-1). Le joueur manceau n’avait de toute façon pas le choix face à un adversaire tenace et prêt à lui disputer la gagne sur chaque point. Mais entre le 11e et le 27e mondial, c’est l’expérience qui a clairement fait la différence et qui a fait les affaires du Français. Comme Monfils quelques heures auparavant, Tsonga a su faire la différence au bon moment.

Si les deux premiers sets ont été bien maitrisés par le joueur tricolore (6-3, 6-3), le troisième a fait l’objet d’une énorme réaction d’orgueil de la part de l’Américain, qui n’aura jamais cédé son service pour l’emporter au tie-break (7-6) et être le deuxième joueur, après James Duckworth, à ravir une manche au Français. Mais la rébellion sera de courte durée. Probablement entamé par sa débauche d’énergie, Sock se plombe lui-même dans la quatrième manche, où il va cumuler les fautes directes et autant de cadeaux pour son adversaire. Après un ultime soubresaut (5-2), l’Américain finira par baisser les armes (6-2). Solide, malgré un manque d’autorité dans la troisième manche, « Jo » va également attendre l’identité de son futur adversaire, qui sera soit Novak Djokovic, soit Kyle Edmund.

Avec Eric Salliot à New York