RMC Sport

Llodra-Djokovic : Sur un air de revanche ?

-

- - -

En décembre dernier, Michaël Llodra avait perdu, face à Viktor Troicki, le cinquième match de la finale de la Coupe Davis, offrant le sacre à une équipe de Serbie menée par son leader Novak Djokovic. Le Français retrouve « Djoko » ce lundi en huitième de finale de Wimbledon. Avec l’envie d’exorciser ses démons serbes ? Plutôt avec celle de ne pas en rester là.

Il s’en défend. Mais la blessure reste forcément là, enfouie sous la « cool attitude » de cet épicurien. Perdre un cinquième match décisif en finale de Coupe Davis n’est pas anodin. Depuis décembre dernier, Michaël Llodra doit vivre avec le souvenir de sa cruelle défaite face à Viktor Troicki dans l’ambiance étouffante de Belgrade. A l’heure de croiser le fer de lance de la victoire serbe, Novak Djokovic, en huitième de finale de Wimbledon ce lundi, on imagine donc bien Llodra avoir un petit goût de revanche au fond du cœur. A l’écouter, pourtant, la mémoire de la Coupe Davis n’aura aucune influence sur le gazon londonien. « J’ai perdu contre Troicki, pas contre Djokovic », lance Michaël.

« Je ne pense pas que ça va jouer, confirme Sarah Pitkowski, membre de la Dream Team RMC Sport. Il va plutôt se servir des souvenirs de sa victoire en deux sets sur Djokovic lors du Masters 1000 de Paris-Bercy l’an dernier. » Et Llodra d’appuyer : « Il n’y a pas de revanche à prendre par rapport à la Coupe Davis, il faut simplement profiter de la vie. » Une approche positive qui colle avec le bonhomme. Présent pour la première fois en deuxième semaine de Wimbledon, une hérésie historique tant « son jeu s’adapte parfaitement bien au gazon » dixit Pitkowski, le Français ne compte « pas s’arrêter là ». Même face au quasi invincible Djokovic (une seule rencontre perdue en 2011). « Sur un match, tout peut se passer, analyse Llodra. Ce n’est pas sa surface de prédilection donc il y a une carte à jouer. »

Dominguez : « Llodra est capable de relever ce challenge »

Pitkowski veut aussi y croire : « Michaël peut venir le déranger. » Et Patrice Dominguez, autre membre de la Dream Team RMC Sport, d’aller dans le même sens : « Il faudra qu’il joue relâché, en prenant tous les risques, mais Llodra est capable de relever ce challenge. » Une confiance née de sa qualité de jeu du moment. « Je ne sais pas si c’est la meilleure forme de ma carrière mais ça y ressemble, reconnaît le Français. Ce serait dommage de ne pas en profiter. » Djokovic a beau mener 2-1 dans leurs duels – trois fois sur dur, dont un succès de Novak cette année à Dubaï – et garder le rythme d’un numéro 1 mondial (il le sera quoi qu’il arrive s’il atteint la finale), Michaël reste décontracté. « J’ai de l’expérience, je sais gérer ces moments, confirme Llodra. Si je bats Djoko, tant mieux. Et si je perds, on n’en fera pas une montagne. » Moins qu’après sa défaite face à Troicki, c’est certain.