RMC Sport

Wimbledon : Murray, le jour de gloire

Andy Murray, nouveau roi de Wimbledon

Andy Murray, nouveau roi de Wimbledon - -

Un an après sa défaite en finale de Wimbledon, Andy Murray s’est vengé ce dimanche en dominant Novak Djokovic en trois sets (6-4, 7-5, 6-4). Soixante-dix-sept ans après Fred Perry, il est le premier joueur britannique à s’imposer sur le légendaire gazon londonien.

Ailleurs, la tête dans les étoiles. Andy Murray a mis de longues minutes avant de réaliser qu’il venait bien de gagner le tournoi de sa vie, sur le gazon de Wimbledon. Le Britannique en a même oublié sa maman lorsqu’il s’en est allé escalader une tribune pour remercier ses proches. « J’ai entendu un cri derrière moi quand je voulais repartir, raconte, amusé, l’Ecossais. Ma mère a tout traversé avec moi. » Le peuple britannique aussi a suivi la trajectoire de son chouchou. Ses victoires mais aussi ses échecs comme celui, cruel, de l’an passé en finale face à Roger Federer. La poisse. Car il y avait 76 ans que le Royaume-Uni attendait un vainqueur britannique. Qu’importe, cette année, la 77e sera la bonne.

En s’imposant en trois sets face à un Novak Djokovic pas franchement dans le coup ce dimanche, sur le Centre Court (6-4, 7-5, 6-4), Andy Murray n’a pas seulement remporté le deuxième Majeur de sa carrière après l’US Open l’an passé. Non, l’Ecossais a gagné « the » Grand Chelem ! Celui que la Grande-Bretagne attendait depuis Fred Perry en 1936. « C’était différent de l’an dernier, sourit Murray. L’année passée, j’avais vécu ici l’un des moments les plus difficiles de ma carrière. Aujourd’hui, le match a été incroyablement difficile. Avec des jeux tellement compliqués… Je ne sais pas comment je m’en suis sorti dans le dernier jeu après avoir eu trois balles de match en ma faveur. C’était une torture à regarder. J’ai joué tellement souvent contre Djokovic… C’est un des plus grands combattants du circuit. Ça a rendu ce match encore plus difficile. »

L’hommage de Djokovic

Après avoir dominé les deux premières manches, Andy Murray s’est effectivement fait une grosse frayeur dans un dernier jeu d’anthologie. Il y a en effet tout à craindre d’un Novak Djokovic qui sauve trois balles de matches. Mais beau vaincu, le Serbe s’est incliné et il ne conteste pas le triomphe de son adversaire : « Félicitation à Andy, il a mérité sa victoire, commente le numéro un mondial. Je sais ce qu’elle représente pour les Britanniques. Je suis conscient de la pression qu’il pouvait avoir. Il y avait une énorme attente, notamment depuis sa défaite l’an passé. »

Déchargé de l’énorme poids qui pesait sur ses épaules, Andy Murray, numéro 2 mondial à 26 ans, peut envisager l’avenir avec un immense sourire qui ne le caractérise pas franchement. Sous les ordres d’Ivan Lendl, qu’il a gentiment chambré en rappelant que l’ex-numéro un mondial ne s’était jamais imposé à Wimbledon, Murray semble bel et bien parti pour contester la suprématie de Novak Djokovic. L’avenir lui appartient.

A lire aussi :

Toute l’actu du tennis

Wimbledon : Dans les pas de Queen Marion

Toute l’actu de Wimbledon

Aurélien Brossier avec Eric Salliot, à Wimbledon