RMC Sport

Wimbledon : Nadal, maudit gazon

Rafael Nadal

Rafael Nadal - -

Deux semaines après son huitième sacre à Roland-Garros, Rafael Nadal a chuté dès son entrée en lice à Wimbledon face au Belge Steve Darcis (7-6, 7-6, 6-4), 135e mondial. Double vainqueur du tournoi anglais (2008 et 2010), l’Espagnol n'avait jamais perdu au premier tour d'un Grand Chelem.

Le mauvais film est-il en train de se répéter ? Il y a un an, Rafael Nadal quittait Wimbledon sur une défaite dès le deuxième tour contre le Tchèque Lukas Rosol, alors 100e mondial. Un revers suivi de sept mois passés loin du circuit pour soigner son genou gauche. Ce lundi, son bourreau belge Steve Darcis pointait encore plus loin au classement ATP (135e) et l’a éliminé dès le premier tour. Une mésaventure qui n’était jamais arrivée à l’Espagnol lors de ses 34 précédentes participations en Grand Chelem. Mais plus inquiétant, le double vainqueur de l’épreuve anglaise (2008 et 2010) a de nouveau semblé diminué physiquement.

Auteur d’un retour canon depuis la fin janvier, ponctué par un historique huitième sacre à Roland-Garros il y a deux semaines, le Majorquin n’a jamais été dans son assiette, notamment au service et en revers. En face, Darcis a su saisir sa chance, se rappelant qu’il avait éliminé Tomas Berdych au premier tour des JO 2012 l’été dernier. Une de ses trois seules victoires sur le gazon londonien, avant celle de lundi, acquise en trois sets (7-6, 7-6, 6-4). « Nadal n'a pas joué son meilleur tennis et je savais qu'un premier match sur gazon est toujours difficile. Mais c'est une grande victoire pour moi », s’est réjoui le Belge de 29 ans, qui avait atteint la 44e place mondiale lors de sa meilleure année (2008).

Nadal : « Je ne veux pas parler de mon genou »

De son côté Rafael Nadal refusait de se réfugier derrière son genou ou son manque de préparation : « Je ne veux pas parler de mon genou. Steve a joué un match fantastique. Il a mérité son succès. Si j’évoque mon genou, cela sera interprété comme une excuse. Ce n'est pas le bon jour pour en parler. C'est le sport. Parfois on joue bien, parfois on joue mal. Aujourd'hui pas grand-chose n'a fonctionné pour moi. C'est difficile de s'adapter au gazon, c'est sans doute la surface à la plus exigeante pour moi. Je n'ai pas trouvé mon rythme. »

Le n°5 mondial n’avait en effet pas disputé la moindre rencontre sur herbe cette saison. Engagé à Halle, il avait finalement décliné pour se préserver après sa victoire à Roland-Garros. Il avait d’ailleurs fait part de ses doutes avant Wimbledon sur sa capacité à y être compétitif. Le match de lundi lui apporté la réponse. Et peut-être un lot de nouvelles questions.

A lire aussi :

>> Tsonga sans forcer

>> Dominguez : « Murray, favori numéro 1 de Wimbledon »

>> Toute l'actualité de Wimbledon

S.C. avec E.S., à Wimbledon