RMC Sport

Dopage : Sharapova lâchée par l’ONU et critiquée par Wiggins

Maria Sharapova le jour où elle a rendu public son contrôle positif au meldonium

Maria Sharapova le jour où elle a rendu public son contrôle positif au meldonium - AFP

Ambassadrice de bonne volonté pour le Programme des Nations unies pour le développement, Maria Sharapova a vu ce rôle bénévole lui être retiré par l’ONU ce mardi. La joueuse russe, dans la tourmente suite à un contrôle positif au meldonium, a également reçu les critiques d’un certain Bradley Wiggins, vainqueur du Tour de France 2012.

Sale journée pour Maria Sharapova. Encore, devrait-on ajouter. Dans la tourmente suite à la révélation de son contrôle positif au meldonium (produit interdit depuis le 1er janvier 2016) durant le dernier Open d’Australie, la joueuse russe a déjà été lâchée par ses principaux sponsors, même si Head s'accroche encore à elle. Et ce mardi, c’est son rôle de bénévole pour une bonne cause qui lui a été retiré. ''Ambassadrice de bonne volonté'' du Programme des Nations unies pour le développement (PNUD) depuis neuf ans, un poste bénévole et honorifique partagé avec d’autres sportifs de renom (Zinedine Zidane, le Brésilien Ronaldo, Iker Casillas ou encore Didier Drogba), l’ancienne numéro 1 mondiale a appris que le PNUD avait décidé de se passer de ses services pour le moment.

« En raison de l’annonce faite récemment, nous avons décidé de suspendre son rôle d’ambassadrice de bonne volonté et toutes les activités prévues à ce titre pendant que l’enquête se poursuit, explique le communiqué du Programme. Le PNUD reste reconnaissant envers Maria Sharapova pour avoir soutenu notre travail, particulièrement les efforts de reconstruction après la catastrophe nucléaire de Tchernobyl (elle avait notamment fait un don de 100 000 dollars en faveur des jeunes des zones rurales du Belarus qui ont souffert de la catastrophe, dont celle que sa famille avait fui en 1987 pour s’installer en Sibérie, où elle est née, ndlr). » Le communiqué souhaite « bonne chance » à la Russe, suspendue à titre provisoire par la Fédération internationale.

Wiggins : « Aucune excuse »

Lâchée par l’ONU, Sharapova se retrouve également sous le feu des critiques d’un certain Bradley Wiggins. Récent champion du monde de l’américaine (cyclisme sur piste), le vainqueur du Tour de France 2012 a livré son avis sur l’affaire au micro de Sky News. Et celui dont le sport est sans doute le plus à la pointe dans la lutte contre le dopage n’exonère pas Maria de ses responsabilités. « Je partage sa détresse et je me sens désolé pour elle, entame ‘‘Wiggo’’. Mais d’un autre côté, elle n’a aucune excuse car vous êtes responsable de ce que vous mettez dans votre corps. Vous vous devez aussi de vérifier les changements du règlement anti-dopage le 1er janvier. »