RMC Sport

Les patrons de l'athlétisme français confortés malgré les affaires de dopage

Alors que ces derniers mois ont été émaillés par plusieurs affaires de dopage dans l'athlétisme français, Patrice Gergès, le DTN de la Fédération française d'athlétisme, et André Giraud, son président, ont été confortés ce vendredi par leur comité directeur, selon L'Equipe.

Ils peuvent sembler fragilisés par les nombreuses affaires de dopage qui secouent l’athlétisme français depuis plusieurs mois. Selon L’Equipe, Patrice Gergès, le DTN de la Fédération française d'athlétisme (FFA), et André Giraud, président de la fédération, ont pourtant été confortés ce vendredi par le comité directeur de la FFA réuni à Paris. Convoqué jeudi matin par la ministre des Sports Roxana Maracineanu, qui lui avait demandé de lui fournir des explications et de lui détailler la stratégie de la Fédération sur le suivi médical des athlètes, André Giraud a été soutenu via un vote de confiance. Il a été suivi par la quasi-totalité des votants (34 contre 1).

Il a par ailleurs lu une lettre de Jean-Michel Serra, médecin de l'équipe de France dans le collimateur de la fédération, s’en prenant à Patrice Gergès et s’inquiétant du nombre de contrôles visant son athlète Ophélie Claude-Boxberger.

Gergès applaudi après son discours

Il est apparu aux yeux du grand public cette semaine après l’annonce du contrôle antidopage positif de la fondeuse française, dont il est le compagnon. Patrice Gergès, lui, a été applaudi après avoir tenu un discours. Reste à savoir si le plan présenté lors de ce comité directeur parviendra à satisfaire le ministère des Sports.

Comme indiqué par RMC Sport, André Giraud a été reçu jeudi pendant environ une heure par Roxana Maracineanu. La ministre des Sports a réclamé au président de la FFA "des mesures immédiates" pour une structure plus claire au sein de la fédération. Au-delà du contrôle positif à l'EPO d’Ophélie Claude-Boxberger révélé mardi, ces dernières semaines ont également été émaillées par les soupçons visant Morhad Amdouni, champion d'Europe 2018 du 10.000m.

Début octobre, un reportage de la télévision allemande ARD a révélé des échanges sur Whatsapp où une personne présentée comme un fournisseur de produits dopants lui réclamait un paiement pour un achat d'EPO. Des accusations rejetées par Amdouni, qui n'est visé pour le moment par aucune procédure disciplinaire. La fondeuse Clémence Calvin, elle, a été confrontée mercredi aux juges de la Commission des sanctions de l'AFLD. Suspendue provisoirement depuis le 25 avril, elle est soupçonnée de s'être soustraite à un contrôle inopiné le 27 mars alors qu'elle se trouvait au Maroc.