RMC Sport

TOUT COMPRENDRE - Comment la basketteuse Brittney Griner est devenue un symbole des tensions entre les Etats-Unis et la Russie

Arrêtée en février en possession d'un liquide à base de cannabis dans un aéroport de Moscou, la basketteuse américaine Brittney Griner s'est retrouvée bien malgré elle happée dans un conflit judiciaire qui dépasse les limites du sport. Prise en tenaille par un contexte de tensions internationales majeures entre les Etats-Unis et la Russie.

Qui est Brittney Griner?

Basketteuse américaine de 31 ans, Brittney Griner est considérée comme l’une des meilleures joueuses du monde. Double championne olympique (2016, 2020) avec Team USA, la pivot de 2,06 mètres pour 93 kilos est également une superstar de la WNBA, le championnat de basket féminin réputé pour être le plus relevé du monde. Sept fois All Star, celle qui porte le maillot des Phoenix Mercury s’est imposée comme l’une des premières figures emblématiques de son sport.

Une aura importante qui aura permis à "BG" de devenir la première athlète homosexuelle sponsorisée par Nike. Son orientation sexuelle, révélée à l’issue de sa carrière universitaire, fait également d’elle une possible victime des droits bafoués de la communauté LGBT+ en Russie.

Que lui reproche-t-on?

Depuis le 17 février dernier, Griner est emprisonnée en Russie. La basketteuse a été arrêtée ce jour-là à l’aéroport Cheremetievo, à Moscou, en provenance de New-York. Selon les autorités russes, l’inspection du bagage à main apporté par une ressortissante américaine a permis de "confirmer la présence de vapoteuses (et) d’un liquide présentant une odeur particulière", avait indiqué le service fédéral des douanes de Russie dans un communiqué. Précisant qu’un expert a pu établir qu’il s’agissait d'huile de cannabis (huile de haschich).

Si les douanes ne révèlent d’abord pas l'identité de la femme arrêtée, elles préciseront qu'il s’agissait "d’une membre de l’Association nationale américaine de basketball et double championne olympique de basketball avec l’équipe américaine". L’arrestation de Griner, venue en Russie pour y jouer durant l’intersaison américaine, ne sera révélée que trois semaines plus tard aux Etats-Unis, le 5 mars par le New York Times.

A quoi a-t-elle été condamnée?

Une enquête avait été ouverte pour transport massif de drogue, tandis que la basketteuse a été placée en garde à vue. Lors de son procès ouvert à huis clos partiel en Russie début juillet, Griner a souhaité face au tribunal "plaider coupable concernant toutes les accusations", précisant qu’elle n’avait toutefois "pas l’intention de violer la loi russe". Au regard de la jurisprudence russe dans des affaires similaires, la basketteuse pouvait s’attendre à une sentence lourde, pouvant aller jusqu’à 10 ans de prison.

Jeudi, elle a été reconnue coupable de possession illégale et de trafic d’une "quantité importante" de drogue par le tribunal de Khimki, près de Moscou. Le procureur a assuré qu’elle avait sciemment essayé de "cacher" aux douaniers le liquide à base de cannabis, condamnant la joueuse, qui avait nié toute contrebande, à neuf ans de détention dans une colonie pénitentiaire. Ses avocats ont annoncé leur décision de faire appel de ce verdict "complètement insensé".

Je demande à la Russie de la libérer immédiatement afin qu’elle puisse retrouver sa femme, ses proches et ses coéquipières." Joe Biden, président des Etats-Unis

Pourquoi l'affaire prend tant d'ampleur ?

"C’est inacceptable et je demande à la Russie de la libérer immédiatement afin qu’elle puisse retrouver sa femme, ses proches et ses coéquipières." Dans un communiqué publié après l’annonce du verdict, le président américain Joe Biden a lui-même pris position dans cette affaire à forte connotation politique, compte-tenu de l’étendu de l’antagonisme russo-américain. Sur fond de dégradation continue des relations entre les deux pays, extrapolée par le conflit en Ukraine, les plus hautes autorités à Washington ont déclaré que la Russie détenait "injustement" la star.

Apostrophé par Griner dans une lettre manuscrite partagée par ses représentants, Biden s’est lui publiquement engagé à travailler "sans relâche" et à "explorer toutes les voies possibles" afin d’œuvrer à sa libération. La peine imposée à l’Américaine de 31 ans a également été conjointement condamnée par la WNBA et la NBA. Et soulevé une vague d’indignation, notamment dans le monde du sport. Quelques heures après sa condamnation, ses coéquipières des Phoenix Mercury ont observé 42 secondes de silence – comme son numéro de maillot – avant le début d’un match de WNBA, à Uncasville (Connecticut), dans une salle émue aux larmes.

Comment le conflit pourrait être résolu?

"L’Affaire Griner", entamée il y a près de six mois, a pris un tournant géopolitique ce vendredi. Des pourparlers entre Moscou et Washington ont été entamés quant à un possible échange de prisonniers, dont la joueuse pourrait faire partie. La semaine dernière, le chef de la diplomatie américaine, Antony Blinken, avait déjà indiqué que Washington avait fait une "offre conséquente" à Moscou pour obtenir la libération de Griner et d’un autre Américain détenu en Russie, Paul Whelan, qui purge une peine de 16 ans de prison pour espionnage.

"Nous exhortons la Russie à accepter cette proposition", a sommé la porte-parole de la Maison Blanche Karine Jean-Pierre. "Nous sommes prêts à discuter de ce sujet, mais seulement dans le cadre du canal (de communication) qui a été convenu par les présidents (Vladimir) Poutine et (Joe) Biden", a répondu de son côté le chef de la diplomatie russe, Sergueï Lavrov, lors d’une conférence de presse depuis le Cambodge.

Selon plusieurs médias américains, Griner et Whelan pourraient être échangés contre un célèbre trafiquant d’armes russe détenu aux Etats-Unis, Viktor Bout (qui a été l’une des inspirations du film "Lord of War"). Arrêté en Thaïlande en 2008, l'homme de 55 ans surnommé "Le marchand de la mort" purge une peine de 25 ans de prison.

Romain Daveau Journaliste RMC Sport