RMC Sport

Cyclisme: Alaphilippe chez Deceuninck-Quick Step jusqu'en 2024?

Un changement d'écurie de Julian Alaphilippe à la fin de la saison 2021 a plusieurs fois été évoqué ces dernières semaines. Mais le manager de l'équipe Deceuninck-Quick Step, Patrick Levefere, a refroidi tout le monde lundi en expliquant posséder une option pour conserver le champion du monde jusqu'en 2024.

Interrogé à la mi-décembre sur un éventuel intérêt pour Julian Alaphilippe, Vincent Lavenu, le manager de l'équipe AG2R-Citroën, avait nourri le rêve d'un retour du champion du monde sous pavillon français. "Julian sera sur le marché en fin de saison 2021, observait Lavenu. C’est un coureur séduisant avec une image top mondiale. Avec Citroën, AG2R ambitionne le plus haut niveau. Nous ne nous interdirons pas de parler avec lui."

Parler avec l'infatigable puncheur, Lavenu en aura le droit, oui. Mais pour le recruter, ce pourrait être une autre affaire... Passé lundi soir au micro de Radio 1, le manager de l'équipe Deceuninck-Quick Step, Patrick Levefere, a refroidi les ardeurs des concurrents avec une révélation de taille: la formation belge possède une option pour garder son poulain trois saisons supplémentaires.

"S'il a une offre d'une autre équipe, je peux m'aligner, et il devra rester"

"Qui a dit que ça finissait en 2021? Il y a contrat qui court jusqu'en 2024, a d'abord lancé Lefevere. Si l'équipe s'arrête (le manager cherche de nouveaux sponsors, ndlr), il ne restera pas, c'est sûr. Et si demain Ineos débarque avec 10 millions d'euros, alors je devrais lui dire 'ciao'. Mais tant que l'équipe continue, il reste avec nous."

Et le dirigeant de donner plus de détails: "Nous possédons une option au prix du marché. Comme avec Remco Evenepoel, Yves Lampaert et Mauri Vansevenant. S'il a une offre d'une autre équipe, je peux m'aligner, et il devra rester." Autrement dit, tant que la Deceuninck-Quick Step pourra offrir à Alaphilippe le même salaire proposé par une autre formation, le Français ne partira pas...

Evenepoel incertain pour le Giro

Par ailleurs, Lefevere a également indiqué que le prodige belge Remco Evenepoel, grièvement blessé en août dernier sur le Tour de Lombardie et qui comptait reprendre l'entraînement ce mardi, devra patienter trois semaines de plus. Admettant implicitement que la participation de son coureur au prochain Tour d'Italie est désormais en danger.

Des examens effectués lundi à la clinique d'Herentals en Belgique ont montré que la fracture de l'os pelvien touché lors de sa chute le 15 août dernier, n'est pas encore consolidée. "On doit se montrer prudent (...) et attendre de voir si on prendra des risques pour le Giro", a expliqué le patron de Deceuninck alors que le Giro, qui doit débuter le 8 mai, est le premier grand objectif de la saison du phénomène brabançon. "S'il reprend (l'entraînement) le 8 février, il restera trois mois avant le Giro. Très court mais peut-être suffisant".

CC