RMC Sport

Liège-Bastogne-Liège: Pogacar devance Alaphilippe d'un rien au sprint, Gaudu 3e

Quatre jours après avoir remporté la Flèche Wallonne, Julian Alaphilippe espérait accrocher Liège-Bastogne-Liège. Le champion du monde a été battu sur le fil au sprint par Tadej Pogacar.

Julian Alaphilippe qui franchit la ligne de Liège-Bastogne-Liège en deuxième position, il y avait comme un air de déjà-vu. A l’automne dernier, le champion du monde avait levé les bras alors qu’il venait d’être sauté sur la ligne par Primoz Roglic. Ce dimanche, il a de nouveau été battu au sprint par un coureur slovène, mais son bourreau s’appelle cette fois Tadej Pogacar. Le jeune leader de l’équipe UAE Emirates, déjà vainqueur du Tour de France l’an dernier, remporte son premier Monument.

Mais Julian Alaphilippe, cette fois, n’a pas grand chose à se reprocher dans le final. Ni une célébration trop précoce, ni un écart dans le sprint qui lui avait valu un déclassement l’an dernier. Il a été battu dans un sprint régulier, par un Pogacar sans doute un tout petit peu plus frais que lui. Le Slovène, très fort dans les trente derniers kilomètres, a d’abord tenté de sortir puis n’a pas hésité à rouler derrière Richard Carapaz, quand il fallait reprendre l’Equatorien de l’équipe Ineos, parti à l’avant.

Un sprint royal, Alaphilippe débordé

Le champion du monde, lui, a été piégé deux fois, dans la montée de la Redoute puis dans la côte de Forges. Mal placé, pris dans une cassure à chaque fois, il a obligé son équipe Deceuninck-Quick Step à rouler plus que prévu pour le ramener sur les autres favoris. Il était pourtant assez fort dans la côte de la Roche-aux-Faucons, dernière difficulté du parcours, où il s’est isolé à l’avant avec Pogacar, Valverde, Woods et Gaudu, avant de filer vers le sprint.

Sur le papier plus rapide que ceux qui l’accompagnaient, Alaphilippe était en tête à cinquante mètres de l’arrivée avant de voir débouler Tadej Pogacar sur sa droite. David Gaudu, troisième, permet aux Bleus de prendre deux places sur le podium, mais sans monter sur la plus haute marche. La France attend donc toujours un successeur à Bernard Hinault, dernier vainqueur tricolore en 1980. La Slovénie, elle, marche sur l’eau et vient de remporter l’épreuve pour la deuxième fois consécutive.

Robin Wattraint Journaliste RMC Sport