RMC Sport

Mondiaux de cyclisme: Alaphilippe rêve du titre, "l'ambition" de sa carrière

Julian Alaphilippe tentera ce dimanche après-midi de devenir champion du monde sur le circuit d'Imola, en Italie. A 28 ans, l'ancien numéro 1 mondial s'est servi du Tour de France pour monter en pression et arriver au meilleur de sa forme sur les classiques, son principal terrain de chasse.

eJulian Alaphilippe participera pour la cinquième fois à la course en ligne du championnat du monde, ce dimanche. Si son sélectionneur Thomas Voeckler ne veut pas en faire son leader unique, contrairement à l'année dernière dans le Yorkshire, le Français reste la principale carte pour ramener le maillot arc-en-ciel et succéder à Laurent Brochard, dernier vainqueur tricolore en 1997. 

"Très content du parcours proposé" 

Le maillot arc-en-ciel de champion du monde, Julian Alaphilippe en rêve. En 2017, il était le plus fort dans la dernière difficulté du parcours à Bergen, avant d'être repris par le peloton à la flamme rouge. L'année suivante, des crampes avaient eu raison de ses ambitions dans le mur de Gramart, surnommé "l'Enfer d'Höttinger", laissant Romain Bardet seul dans le final pour prendre une médaille d'argent. Lors de son dernier passage en équipe de France l'an passé, l'ancien numéro 1 mondial avait été rincé par les conditions climatiques extrêmes et une longue saison éprouvante.

Cette année, le contexte sanitaire a chamboulé les plans. Initialement, les coureurs avaient rendez-vous sur un circuit très montagneux à Martigny, en Suisse, avant que la localité se désiste et laisse à Imola début septembre l'organisation de l'événement. "Je suis très content du parcours proposé. Il correspond vraiment bien à mes caractéristiques, plus qu'à Martigny, je pense, a confié Alaphilippe à DirectVélo ce vendredi. La course sera difficile et usante. On peut imaginer plusieurs scénarios, mais selon moi, nous assisterons d'abord à une course d'usure. Tout sera condensé dans le final, et ça se jouera dans les derniers kilomètres. Je vois mal une échappée aller au bout. C'est pour cela qu'il faudra être malin et faire une course juste."

"J'ai géré mes efforts pendant le Tour pour essayer de finir avec de la bonne fatigue" 

Pour espérer être au rendez-vous du dernier tour sur le circuit d'Imola, Julian Alaphilippe a fait des concessions. Héros du Tour de France 2019, le Français avait fini éprouvé l'an passé. Replacée cette année une semaine avant ce Mondial en raison de la crise sanitaire, la Grande Boucle a servi de préparation au coureur de la Deceuninck-Quick Step. Suffisant pour lui permettre tout de même de gagner une étape à Nice et de porter pendant trois jours le maillot jaune.

"Je pense avoir bien géré ma semaine de récupération après le Tour de France. Que ce soit dans ma préparation ou pendant le Tour, j'ai géré mes efforts pour essayer de finir avec de la bonne fatigue et la motivation suffisante pour enchaîner directement avec le Mondial puis les classiques, a expliqué Alaphilippe. Je pense réussir à surcompenser, à être performant dimanche". En 2017, l'année où il est passé le plus près du sacre, il avait adopté la même préparation lors du Tour d'Espagne, alors deux semaines avant le Mondial prévu en Norvège. 

"L'ambition de ma carrière" 

Mais depuis Bergen il y a trois ans, Julian Alaphilippe a changé de dimension et arrive à maturité. A 28 ans, celui qui a déjà gagné des classiques comme Milan-San Remo ou la Flèche wallonne ne sera pas le principal favori mais sera forcément très attendu. "Remporter le titre mondial est devenu l'ambition de ma carrière, je ne vais pas le cacher, a confié Alaphilippe. C'est un titre qui fait rêver tous les coureurs. Rien n'égale le maillot arc-en-ciel, c'est ce qu'il faut garder en tête. Pour gagner, il faudra forcément prendre des risques."

Pour l'épauler, Julian Alaphilippe pourra compter sur le soutien notamment de Guillaume Martin, 11e et meilleur coureur tricolore du dernier Tour de France. Ou Nans Peters, vainqueur d'étape à Loudenvielle. Mais de la sélection de Thomas Voeckler, le puncheur reste la principale carte maîtresse et le plus expérimenté sous le maillot bleu. Amateur de belles voitures, Julian Alaphilippe a l'occasion dimanche d'être sacré sur l'autodrome d'Imola. Un beau symbole qui serait, sans aucun doute, l'avènement sportif de sa carrière. 

GL