RMC Sport

Paris-Nice: après l’abandon de tous ses coéquipiers, la vie en solitaire d’Hugo Houle

Décimée par un virus grippal, la formation Israel Premier-Tech ne compte plus qu’un coureur en lice, avant l’arrivée de ce Paris-Nice: le Canadien Hugo Houle.

Les abandons se sont multipliés cette semaine sur Paris-Nice, en raison notamment d’un syndrome grippal qui a affecté une grande partie du peloton en milieu de course. Parmi les plus touchées, la formation Israel-Premier Tech ne compte désormais plus qu’un coureur dans ses rangs: Hugo Houle. Tous ses coéquipiers, Carl Fredrik Hagen, Rudy Barbier, Guillaume Boivin, James Piccoli, Mads Wurtz Schmidt et Tom Van Asbroeck ont mis le clignotant les uns après les autres.

"C’est la première fois que je fais face à ça, s’amuse le Canadien face à cette situation rare. J’ai un bus tout entier rien que pour moi. Je me sens surtout chanceux de ne pas être tombé malade. Et maintenant, je vais faire de mon mieux pour obtenir les meilleurs résultats possibles." Avec un seul coureur, l’équipe a dû s’adapter, et en plus des défections sportives, la voilure a été réduite niveau staff. Il n’y a maintenant plus que deux mécanos et deux soigneurs pour Houle, chouchouté après les étapes.

Un placement difficile

En solitaire, il devient difficile d’exister dans le peloton pour l’actuel 11e du classement général. "Cette semaine, il y a beaucoup de vent, donc en étant seul ce n’est pas évident. J’essaye de me cacher et de profiter des autres équipes. Il y en a qui sont gentils ou qui me coupent le vent, sourit Houle. Mais il y en a d’autres qui me mettent dans la caillasse. En général, ça se passe bien quand même." Pour l’instant, le Québécois réalise quand même une très belle course, à l’aube d’un week-end final sur la Côte d’Azur dont les routes n’ont pour lui quasiment aucun secret.

Même esseulé, le cycliste d’Israel Premier Tech est loin de s’ennuyer. Dans son bus, il lui arrive même de recevoir de la visite: vendredi matin à Courthezon, avant le départ de la 6e étape, il a vu défiler l’ensemble de la formation de Pierre Latour, TotalEnergies, en raison d’une panne de toilettes dans le véhicule de l’équipe vendéenne.

Par Arnaud Souque